Gaultier Garguille, Gros-Guillaume et Turlupin

gaultier-garguille-gros-guillaume-et-turlupin

Gaultier Garguille, Gros-Guillaume et Turlupin, ce triumvirat de comédiens grotesques qui eurent au commencement du XVIIe siècle une si grande popularité, terminèrent leurs jours d’une façon bien triste.

Gros-Guillaume, qui, bien qu’octogénaire, n’avait rien perdu de sa burlesque jovialité, ayant imaginé d’imiter dans une scène comique la physionomie d’un magistrat dont le principal agrément était une grimace habituelle, mit une telle vérité dans cette imitation, que lui et ses deux compères, qui se trouvaient sur le théâtre dans le même moment, furent décrétés le lendemain.

Les deux derniers prirent la fuite, mais Gros-Guillaume fut arrêté et mis au cachot. Il éprouva un tel saisissement de cette incarcération, qu’il mourut presque aussitôt. La douleur qu’en ressentirent Gaultier Garguille et Turlupin les emporta dans la même semaine.

« L’Entr’acte versaillais. »  Versailles, 1865.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s