Orgueil

offenbach

Voyageant en Allemagne, Offenbach eut besoin, un jour, d’une serviette pour enfermer les pages d’un opéra-comique qu’il venait d’écrire.

C’était à Berlin. Il se rendit dans un des grands magasin de la ville. Un employé lui montra un portefeuille magnifique et lui dit :

C’est une serviette Offenbach, je vous la recommande.

Offenbach se rengorge et réplique :

Le compositeur est donc si apprécié, ici, qu’on baptise des objets de son nom ?

Le vendeur considéra son interlocuteur d’un air quelque peu ahuri et reprit :

J’ignore ce que vous voulez dire, monsieur. Cette serviette vient de la ville d’Offenbach, renommée pour sa fine maroquinerie.

Celui qui devait écrire plus tard la Belle Hélène ne put dissimuler une grimace. Son orgueil venait d’être cruellement blessé.

« Parisiana. »  Paris, 1920. 
Illustration : André Gill, 1866.

Publicités

6 réflexions sur “Orgueil

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s