Un poème qui a eu chaud

Publié le Mis à jour le

ludwig-van-beethoven

Un jour, le maître de chapelle de la cour, Barth, vint chez Beethoven qui était son ami.

  Bonjour ! Qu’y a-t-il de neuf ?
— Vois ! répondit Beethoven en lui tendant un manuscrit. Je fais ceci aujourd’hui, et justement le feu flambe bien dans la cheminée et je veux le jeter dedans.
— Faites voir ?

Barth prit la feuille, la lut, essaya et relut, et dit enfin à Beethoven :

 Je yeux essayer de chanter si vous voulez écouter.
—  Chantez si vous voulez.

Barth commença, Beethoven, furetant dans ses papiers, peu à peu devint attentif. Puis il écouta tranquillement. Sa physionomie, d’abord obscure, s’éclaircit, et lorsque le chanteur eût fini, il devint comme illuminé.

Non, mon cher vieux, s’écrie-t-il alors, nous ne brûlerons pas cela.

C’était son poème immortel : Adélaïde.

« L’Argus méridional. » Montpellier, 1860.
Illustration : peinture de Carl Schweninger.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Un poème qui a eu chaud »

    jmcideas a dit:
    février 18, 2017 à 10:05

    « N’écrivez jamais rien, ainsi laissera à penser que votre prétention est telle, qu’elle ne se satisfait pas du médiocre »
    (V)

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s