Henri Adolphe Archereau

henri-adolphe-archereau

Les temps changent, non les mœurs, et des exemples trop récents montrent que les épreuves des inventeurs sont souvent aussi complètes aujourd’hui qu’autrefois. Combien en est-il, à l’heure même où nous écrivons, qui luttent et qui souffrent pour des découvertes dont ils ne connaîtront pas toute la portée ! Combien meurent, inconnus et obscurs, ayant contribué à des progrès dont nous bénéficions dès maintenant et dont ils n’auront eu ni la gloire, ni le profit !

C’est l’histoire d’Adolphe Archereau que l’on vient de conduire à sa dernière demeure. Sa mort aura passé inaperçue, annoncée en dix lignes par un journal au cours des faits divers de la journée, et le public ingrat n’aura pas compris toute la souffrance contenue en cette rapide nouvelle. Et pourtant, aucune oraison funèbre ne saurait produire une impression aussi triste et aussi poignante que celle qui se dégage de la concision même de l’article que nous citons tel quel :

Encore un inventeur qui a fait la fortune de beaucoup, mais qui n’a pas pu faire la sienne : Adolphe Archereau était venu à Paris à la fin du règne de Louis-Philippe. Passionné pour l’électricité, il s’établit dans la Cité et y fit de nombreuses expériences sur la lumière électrique.

Il inventa un régulateur très simple qui est le premier de tous ceux qui ont été établis depuis. Plus tard il utilisa les débris de charbon en les agglomérant et cette invention a été la source d’une immense industrie qui a été très utile aux chemins de fer. Mais il n’en tira aucun profit personnel, et malgré les efforts de ses amis, il ne put arriver à vaincre la misère.

On l’a enterré hier dans le cimetière de Pantin. Il laisse une fille et des petits-enfants.

Changeur/Spont. « Les grandes infortunes. »  Paris, 1897.

Publicités

5 réflexions sur “Henri Adolphe Archereau

  1. Bonsoir, c’est bien triste, mais ainsi va la vie, il restera quelque chose de sa vie. Je connais le cimetière de Pantin, j’ai demeuré dans cette ville jusqu’à mon mariage, j’aimais bien me promener dans ses allées , c’était calme avec des grands arbres , enfin il me semble. J’accompagnais deux petites filles sur la tombe de leur maman, et je me souviens que ce n’était pas triste, juste paisible. bonne fin de journée MTH

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s