Incorrigible !

Publié le

louis-morel

Le sympathique Maurel qui .remporte tous les soirs un gros succès dans Les Deux Vestales, au Gymnase, n’oublie pas qu’il a été une de nos grandes vedettes de café-concert.

Comme les trois actes de M. Maquet ne lui permettent pas le moindre petit couplet, il se console pendant les entractes en chantant à tue-tête les plus célèbres refrains.

Il arrive quelquefois que, sans s’en rendre compte, il emplit tous les couloirs de ces joyeuses vocalises, et l’on voit alors la délicieuse Alice Nory, ou bien la charmante Marguerite Templey, lui demander humblement la permission de les laisser causer quelques instants.

« La Rampe. »  Paris, 1916.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s