Sponsoring

jules-verne

Lorsque Jules Verne publia le Tour du Monde en 80 jours, en feuilleton dans le journal le Temps, le monde entier s’intéressait à ce point aux péripéties du voyage de Philéas Fogg que les correspondants des journaux américains et anglais allaient jusqu’à câbler à leurs journaux, chaque jour, la traduction de ses feuilletons.

A la fin, Philéas Fogg, obligé de brûler le pont du bateau pour activer la vitesse, afin de pouvoir rentrer le jour convenu, fait chauffer à blanc les machines du bateau. Savez-vous que Jules Verne reçut des compagnies de navigation françaises, anglaises et américaines les propositions les plus alléchantes pour l’engager à faire choix d’un de leurs steamers qui ramènerait son héros en Europe ? Jules Verne resta inébranlable devant ces offres plus magnifiques les unes que les autres et ne répondit pas.  

Quant au vrai tour du monde, en suivant ou en serrant de très près l’Equateur, il est impossible, ou à peu près. Il faudrait trois ou quatre ans, beaucoup de bonheur et un sérieux cortège de carabines. On devrait, en effet, traverser Bornéo et Sumatra, l’Afrique de Kismay ou au cap Lopez et l’Amérique de l’embouchure des Amazones à Quito.

« Mercure de France. »  Paris, 1901.
Illustration: Bernd Wagenfeld.

Publicités

10 réflexions sur “Sponsoring

  1. Merci beucoup de l’info, Gavroche
    Mais les records mentionnés datent un peu
    L’aviation n’aurait pas fait de progrès depuis ?
    De plus, j’entends bien, ‘sans escale’

    La marine tient encore le pompon, je pense

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s