Bévue

Publié le

ponson-du-terrail

Si faire manœuvrer des bandits dans un roman-feuilleton est un jeu innocent, la police ne l’entend pas toujours ainsi. L’écrivain populaire Ponson du Terrail eut une fois maille à partir avec la justice.

Un jour, sur le trottoir d’une rue parisienne, un agent zélé trouva une carte de visite. Elle portait ces mots imprimés :

« Vicomte Henri Ponson du Terrail ». Au verso, écrites à la plume, ces trois mentions : « Le 23, tuer Bavolet. Le 25, le chef des maçons. Le 29, mettre à mort Nina. »

La police de l’Empire voyait des complots partout, et l’agent qui avait ramassé le morceau de carton accusateur flairait une série de crimes et aussi un avancement mérité. Ponson du Terrail fut appelé dare-dare chez le juge d’instruction. Au cours de l’interrogatoire, le juge dit à celui qu’il croyait capable des plus grands forfaits :

Allons, pas de sinistres plaisanteries ! Vous vous dites innocent ? Pourquoi avez-vous projeté de tuer le nommé Bavolet ?
— Mais, monsieur le juge, c’est un personnage de mon roman, et je veux le faire disparaître dans le feuilleton du 23.
— Oui, oui, parlez toujours; cela ne m’empêchera pas de vous arrêter.

Sur ces entrefaites arriva dans le cabinet du juge un autre magistrat, qui, après avoir serré la main à son collègue, lui dit :

Cher ami, lisez-vous Bavolet ? Chez moi, il n’est question que de Bavolet. Ce feuilleton rend fous tous les gens de ma maison.

Le juge d’instruction, ce jour-là, ne poussa pas plus avant son interrogatoire. Il se mit à rire de la bévue que son agent de police allait lui faire commettre, et il fit des excuses au romancier, dont il devint l’ami.

« Le Gaulois. »Paris, 1918.
Illustration : http://jean.gallian.free.fr

Publicités

6 réflexions au sujet de « Bévue »

    Trigwen a dit:
    mars 28, 2017 à 7:05

    Heureusement nos policiers actuels sont un peu plus cultivés et ne s’acharneraient pas de la sorte sur un écrivain sans avoir vérifié les dires du dit romancier.

    J'aime

    nuage1962 a dit:
    mars 28, 2017 à 7:15

    L’écrivain doit être content quand même cela a sûrement aider à se faire connaitre

    J'aime

    Maître Renard a dit:
    avril 18, 2017 à 9:48

    A reblogué ceci sur Maître Renard.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s