Une autre existence

chicago-1935

Par un beau matin de mai, le respectable agent d’assurances Harry  Havery se rendit, à son habitude, à la pêche, son délassement dominical.

Il s’installa dans un site pittoresque, à bord d’un canot, à Long Island Sound, aux environs de New York. Mais le poisson s’obstinait à ne pas mordre, et un copain conseilla au pêcheur de changer de rive. Havery ramassa ses engins de pêche et rama vers la rive opposée. On ne devait plus le revoir. Les recherches entreprises firent découvrir, allant à la dérive, le canot vide avec les lignes et la veste de Havery. On conclut à un accident. 

Un an après, un fait divers survenait dans le quartier de Chicago dit « Loap », qui semblait n’avoir rien de commun avec l’histoire du pêcheur malchanceux. Un passant, bousculé par un camion, tombait sur la chaussée en se cognant la tête contre le trottoir. Le coup avait dû le commotionner, car il ne sut quoi répondre aux questions des agents. Mais dans sa poche on trouva une clef portant le nom d’un hôtel; on l’y transporta donc d’office. 

En effet, il fut reconnu par l’un des locataires. Alité, il perdit connaissance. Quand, plus tard, il revint à lui, il manifesta la plus vive surprise de se trouver dans une pièce et dans une ville inconnues. D’après lui, il aurait dû être installé avec ses lignes à Long Island Sound. 

L’enquête établit que Havery (car c’était lui) s’était fait inscrire à l’hôtel sous un nom étranger, dont il ne savait pas du tout expliquer la provenance. Il ignorait, du reste, tout ce qui lui était arrivé depuis un an. Pourtant, il payait sa chambre et s’absentait régulièrement, travaillait  quelque part, menant une vie active et normale. Mais il n’avait gardé aucun souvenir de cette seconde existence. La vie, pour lui, s’était arrêtée le dimanche de pêche, et un an après, le choc ayant restauré le désordre fonctionnel, il se réveillait sans se ressentir du laps de temps écoulé, tout comme les personnages de la Belle au Bois dormant qui, rappelés à la vie, commencèrent par achever le geste ébauché dans leur vie antérieure. 

Havery garda de son aventure une seule inquiétude : « Peut-être ai-je été un un malfaiteur durant cette année ?… »

« Le Monde illustré. »Paris, 1936. 

Publicités

5 réflexions sur “Une autre existence

  1. Un excellent récit qui garde une part de mystère tant pour autrui que pour l’intéressé. Que s’est il passé ? Dédoublement de personnalité ? Commotion ayant entrainé une amnésie partielle ? En voilà un qui peut se targuer d’avoir eu une double vie.

    Aimé par 1 personne

  2. En fait c’était un agent de la CIA qui était parti pécher des infos de l’autre côté de l’Hudson. Il en rapporta tellement (des infos) que l’on le soupçonna plus tard d’avoir influencé l’élection de Donald T.
    Cette info m’a été donnée par PJ Harvey, qui dut changer de nom (Havery) sous la pression de notre Mac Carthy 2017.
    https:/wikipedia.org/wiki/Maccarthysme/fr.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s