La reine de Carthage

didon-enee

Mlle Clairon, célèbre actrice de la Comédie-Française, faisait répéter le rôle de Didon à une jeune et jolie femme assez audacieuse pour oser aborder ce rôle dans lequel elle se proposait de débuter.

Mlle Clairon excellait, moins par la tendresse que par la fierté, à représenter la superbe reine de Carthage.

Allons courage, disait la célèbre institutrice, animez-vous. Laissez parler votre indignation, votre amour trahi, votre orgueil offensé. Pénétrez-vous de la situation,elle est facile à comprendre. Toutes les femmes’aimantes peuvent être dans la vie privée des Didon. Que feriez-vous si vous étiez abandonnée par votre amant ?
— Mon Dieu, madame, répondit l’écolière, j’en prendrais un autre.

A cette réponse, Mlle Clairon, furieuse, se leva de son fauteuil :

Allez, sortez de chez moi, ma mie ! Allez jouer Colombine ou Argentine sur je ne sais quel théâtre de la foire, mais n’approchez jamais de la Comédie-Française, et surtout gardez-vous de toucher à la tragédie !

« L’Entr’acte versaillais. » Versailles, 1864.

Publicités

4 réflexions sur “La reine de Carthage

  1. Une jeune femme qui a parlé avec son coeur ! Renvoyée de la Comédie Française ? Quelle importance puisque ce théâtre à l’époque se limitait au pièces très classiques avec surtout des tragédies. Au oins, la jeune actrice aura pu se faire la main dans d’autres style

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s