Farouches

Publié le

victoria-boulogne

A Boulogne, une quantité immense de dames étaient accourues pour contempler les traits de la reine Victoria, gracieuse souveraine de la Grande-Bretagne.

Comme elles tenaient essentiellement à bien voir, elles firent tant des pieds et des mains, que petit à petit la haie formée par les troupes de la division Marulas fut rompue, en plusieurs endroits. Les soldats étaient fort embarrassés. Le  moyen de croiser la baïonnette contre des femmes ? On en référa au général…

Le général réfléchit un instant :

Qu’on batte un roulement, s’écria-t-il, quand il aura cessé, si tout n’est pas rentré dans l’ordre, vous les embrasserez toutes !

En entendant cet ordre les dames s’enfuirent. C’étaient des Anglaises. Des Françaises seraient restées quand même.

« La Lorgnette. »  Bordeaux, 1855.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Farouches »

    Éric G. Delfosse a dit:
    avril 10, 2017 à 10:07

    😆

    J'aime

    Trigwen a dit:
    avril 15, 2017 à 1:50

    Désopilant ! On retrouve là le côté prude des Anglaises beaucoup plus coincées que les Françaises. On comprend que les Anglais et les Américains, très marqués par leur puritanisme, rêvent et fantasment sur les Françaises qui sont nettement plus libérées que leurs épouses ou fiancées.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s