Le dirigeable sans dents

zeppelin

Le comte Zeppelin qui vient de mourir, a pu assister à la faillite militaire de ses engins. Avant que tombe complètement dans l’oubli sinon son nom, tout au moins sa personne, rappelons une anecdote peu connue, qui remonte à ses débuts d’inventeur :

C’était à Marienbad. Le comte se trouvait avec quelques amis qu’il avait priés à dîner et la conversation au dessert tomba sur le sujet inévitable : la question des zeppelins.

C’est une belle arme de guerre, dit quelqu’un.
— Oui, acquiesça le comte. Seulement, l’Empereur n’y croit pas.
— Comment ?
— Non. Le kaiser n’y croit pas même pour le commerce ! Mais songez donc que je veux
arriver à faire des zeppelins, qui seront dix fois, vingt fois, cent fois plus grands que les
plus grands que j’aie construits ! Ils pourront emporter des centaines de passagers et des
centaines de tonnes de marchandises !
— Ne pensez-vous pas que la dépense en énergie ne soit considérable…
— Bêtise! Le kaiser me dit : « Et le vent ?… » Il a peur, du vent, notre kaiser ! Croyez-vous, lui qui fait peur à l’Europe !… C’est comme si on disait : « Et l’eau ? » quand il s’agit de
construire un cuirassé…
— Et les aéroplanes ? demanda un officier de marine.

Zeppelin devint tout rouge.

Monsieur, fit-il, qu’est-ce que fait un aigle lorsqu’il rencontre un moucheron ? Il
l’avale, n’est-ce pas, il l’avale ! Eh bien, le zeppelin avalera l’aéroplane, voilà tout !… 

Le comte Zeppelin emmena ses invités en dirigeable : ce fut, paraît-il, un voyage merveilleux.

Mais l’officier de marine regardait en l’air, à droite, à gauche, avec un sourire sceptique. Quelqu’un lui demanda : 

Que cherchez-vous donc ?
— Je cherche, répondit l’autre, par où le dirigeable avalera l’aéroplane : il n’a pas de
dents !…

« Le Pêle-mêle. » Paris, 1917.

Publicités

9 réflexions sur “Le dirigeable sans dents

  1. Excellente remarque et une excellente déduction de cet officier. Si le comte von Zeppelin avait vécu assez longtemps, il aurait constaté que son invention n’était pas rentable et dangereuse.
    Qu’aurait-il dit si il avait assisté à la catastrophe du Hindenbourg en 1937 à New-York qui s’enflamma en un peu plus de 30 secondes et fit 35 victimes ?

    Aimé par 1 personne

    1. L’embargo des États-Unis frappant l’Allemagne nazie, l’exploitant du dirigeable en fut réduit à utiliser l’hydrogène à la place de l’hélium, un gaz inerte et non inflammable.

      J'aime

  2. Le dirigeable n’est pas une idée en l’air, c’est écologique et pour le transport de fret une belle solution. Et ça donne plus … à mâcher à mes rêves de gosse.

    C’est simplement beau, un dirigeable.

    Aimé par 1 personne

  3. Et pas encombrant, du tout, pour transporter 100 personnes -il en faudrait 5 pour l’équivalent d’un boeing 747- donc, imaginez la surface nécessaire à l’aéroport CDG !!
    Et un traffic si dense que la région de l’Oise ne verrait même plus le soleil !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s