L’addition

Publié le Mis à jour le

fred-zeller

Ce n’est pas pour rien que l’on meurt au restaurant au cours d’un banquet.

Si nous en croyons le Cri de Paris, la famille de l’un des directeurs du Bon Marché (et cela est d’une belle ironie !)  mort récemment inter pocula, a reçu du restaurateur une note qui s’élève à la bagatelle de onze cent soixante-quinze francs.

Sur cette « douloureuse » figurent 25 fr. d’éther, 50 fr. d’auto (pour avoir été chercher le docteur), 100 fr. d’honoraires pour ce morticole et… 1.000 Fr. d’indemnité pour le préjudice causé à la maison par l’interruption delà soirée !

« La Grimace. » Paris, 1921.
Peinture de Fred Zeller.

Publicités

4 réflexions au sujet de « L’addition »

    karouge a dit:
    avril 21, 2017 à 7:12

    je ne connaissais pas le mot « morticole » pour nommer un médecin pour le moins véreux, ni l’adresse de ce restaurant sur les boulevards (je suppose) où je ne serais certainement pas allé, même les pieds devant ! (carrefour boulevard des Allongés- place de la Monnaie?)

    Aimé par 1 personne

    nuage1962 a dit:
    avril 21, 2017 à 7:42

    Je doute qu’il a été payer…

    Aimé par 1 personne

    francefougere a dit:
    avril 21, 2017 à 7:45

    C’est arrivé à un » ami » de mes parents – je ne l’appréciais pas du tout, mais quand même… il s’est étouffé avec un morceau de poulet.
    Aucun regret, car voilà comment il prétendait dresser ses chiens : pour qu’ils ne fassent pas de trous dans son jardin, il mettait au fond du trou des lames de rasoir afin que les chiens se blessent, souffrent, et  » comprennent « .
    C’était plutôt une relation à subir, comme quelquefois.
    Il y a des mots pour des gens comme ça.
    Même avec une particule, et un vitrail au nom de ses ancêtres dans une église …
    Il montrait ses armes,  » coup de poing  » américain – quel fantoche, ce type !
    ( Amen 🙂 )

    Aimé par 3 people

    Trigwen a dit:
    avril 22, 2017 à 1:21

    Il est certain que cet homme mort au beau milieu de toute la clientèle n’a pas dû faire une bonne publicité au restaurant.
    Il n’en reste pas moins que sa mort lui a coûté cher ou plutôt, à ses héritiers. Avec le prix qu’ont dû coûter les obsèques, les héritiers ont certainement senti passer cette somme de douloureuse.
    Il est à souhaiter que le défunt avait pensé à les coucher sur son testament afin qu’ils se remboursent.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s