Agacement

Publié le

freres-corneille

C’est pendant que Corneille habitait Paris qu’il faut placer l’anecdote suivante, racontée par Voisenon dans ses Anecdotes littéraires.

Les deux frères Corneille travaillaient dans la même maison, dans deux pièces situées l’une au-dessus de l’autre. Quand Pierre ne trouvait pas une rime, il levait une trappe et la demandait à Thomas qui lui répondait aussitôt.

On dit même, mais l’authenticité de cette anecdote n’a pas été démontrée, qu’un jour où Pierre ne cessait de lever la fameuse trappe, il demanda à son frère une rime à perde. Thomas, agacé par ses demandes réitérées, lui répondit sèchement par le mot qui devint célèbre dans la bouche de Cambronne à Waterloo.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Agacement »

    sofi a dit:
    avril 27, 2017 à 6:31

    hihihi, 😉

    J'aime

    suzanne35blog a dit:
    avril 27, 2017 à 7:02

    il a eu raison, celà soulage beaucoup mieux de dire » merde » que zut ou flûte!

    J'aime

    Éric G. Delfosse a dit:
    avril 27, 2017 à 9:06

    😆

    J'aime

    Trigwen a dit:
    mai 1, 2017 à 12:28

    Si ce fut le cas, je lui donne raison. Le frangin aidait l’écrivain mais n’avait pas droit à la reconnaissance royale.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s