Cythère au Palais-Bourbon

giovanni-boldini

Depuis quelques semaines, les membres du Parlement sont accablés de libellés multicolores, de prospectus alléchants (c’est le terme exact) dans lesquels des matrones habiles leur proposent sans la moindre pudeur, des cours de langue anglaise ou de massage très spécial.

Que font nos députés ?

Les uns se fâchent et jettent au panier les réclames de ces Vénus tarifées. D’autres profitent discrètement des jours où il n’y a pas séance… D’aucuns encore, plus naïfs ou moins au courant des mille petits métiers de Cythère, se sont laissés prendre au piège. Certaines dames très peu habillées, de la rue Henri Monnier, se souviennent encore de la récente visite que leur fit un honorable député du midi de la France, lequel, en compagnie de son épouse, était venu leur demander le prix d’un cours complet de la langue de Lloyd George.

Mais les plus malicieux d’entre nos députés ont trouvé le bon moyen de se défaire de ces prospectus déshonnêtes en jouant un tour amusant à un de leurs collègues : Chaque fois qu’il vient à la Chambre pour prendre son courrier, l’abbé Lemire, à sa grande stupéfaction, constate la présence inattendue de circulaires de miss B… ou de lettres de Madame Georgette qui n’ont qu’un très vague rapport avec les affaires du pays.

Ajoutons que le sympathique représentant de Béthune est le premier à rire de cette plaisanterie.

« La Grimace. » Paris, 1916.
Peinture de Giovanni Boldini.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s