Les curieuses recettes

repas-moyen-age

L’art de la cuisine à travers les siècles est certainement une des choses les plus intéressantes que l’on puisse étudier. Depuis l’âge de la pierre jusqu’à nos jours, c’est la seule science, avec celle de la guerre, à laquelle les hommes se soient toujours exercés.

Un livre sur ce sujet est généralement étonnant, mais un dyspepsique moderne ne devrait pas s’approcher à moins d’un mètre d’un ouvrage de ce genre. Les noms seuls des mets, l’énoncé des méthodes culinaires suffiraient à lui donner des crampes d’estomac !

Nous savons qu’au début de l’âge du fer, un quartier de mouton étant placé dans un récipient plein d’eau bouillante, le point d’ébullition était maintenu par l’addition continuelle de cailloux de silex chauffés au rouge. Par la même méthode, les oeufs durs étaient préparés en dix à quinze minutes. Tout cela n’est pas mal. Nous avons, par contre, des détails assez terribles sur la  cuisine du Moyen Age.

On avait oublié alors les recettes compliquées des Romains. On n’avait pas d’autres légumes que des navets, des poireaux et des choux. On mangeait  une sorte de tarte où la farine s’unissait au vin, et, pour susciter le courage chez les convives, on y mêlait les cervelles de quatre moineaux mâles. « Le vin, dit un contemporain, était épais, graisseux, rance et avait un goût de poix ». On y ajoutait parfois de l’eau de mer.

Quelle époque redoutable !

« L’Impartial. » Djidjelli, 1931.

Publicités

10 réflexions sur “Les curieuses recettes

  1. Je savais, pour l’avoir lu dans un ouvrage sur la vre des Romains, que le vin sous l’ère romaine et au Moyen-âge était une piquette qui n’avait rien à voir avec ce que nous connaissons. Même un Préfontaines 12° serait passé pour un vin doux de luxe à leurs papilles.
    Au moyen-âge, on continue mais Ces vins étaient faibles en alcool, on le coupait à l’eau parce qu’il était dégueulasse et quand vraiment c’était imbuvable, on rajoutait des plantes ou des fruits pour sucrer un peu On buvait très peu d’eau parce que celle-ci était non potable.
    Quant à la cuisine, il semble que les contemporains médiévaux n’avaient pas beaucoup d’imagination ou peu d’argent pour réaliser quelque chose de vraiment appétissant.
    Question repas, le peuple mangeait surtout du pain, des champignons, des châtaignes et parfois même des orties qui étaient mangées en soupe. Les légumes, la plupart du temps étaient dans les soupes. On y trouvait des carottes, des navets, des betteraves, des salsifis, des pois, des haricots, des fèves, des choux, des salades, des bettes et des épinards. Parfois ils mangeaient une sorte de blé sous la forme de bouillie. Pour ce qui est de la viande, trop chère, elle était réservée aux seigneurs mais le petit peuple mangeait parfois du petit gibier braconné sur les terres du seigneur.
    Il faudra attendre la Renaissance pour voir apparaître les mets attirants dans les assiettes ds braves gens du peuple.

    Aimé par 1 personne

  2. On n’arrête pas le progrès,
    > La recette à base des restes de son frigo !
    L’appareil dernier cri, serait capable d’identifier les aliments, et d’en proposer une recette ! lisible sur un mini écran…
    (Le bug est qu’il ne dit pas pour combien de personnes)

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s