Mauvaise blague

 

caran-d'ache

M. Raoul Brandon, qui aime se comparer à Jaurès (le physique y entrerait au besoin pour quelque chose, mais il n’y a aucune comparaison possible pour le talent) présidait un dîner d’architectes quand il fut mandé par un coup de téléphone auprès de M. Paul- Boncour.

Un maître de cérémonies vint lui annoncer la chose. On en était au rôti. M. Brandon devint cramoisi. Il se leva, chancelant de joie, en tenant à avertir néanmoins les convives :

Je suis appelé par M. Paul-Boncour… Je ne vous en dis pas plus long !

Chacun comprit ce qu’il laissait entendre, et un triple ban enthousiaste salua son départ. On s’attendait dès lors à le voir revenir avec sa nomination de ministre en poche. Mais M. Brandon ne réapparut pas !

Et ce fut beaucoup plus tard, dans les jours qui suivirent, que M. Brandon confia à ses amis son désappointement d’avoir entendu M. Paul-Boncour lui demander s’il pourrait compter sur sa voix et sur celles de ses collègues du groupe républicain-socialiste.

Si c’est tout ce que tu avais à me demander, lui répliqua-t-il, furieux, tu aurais bien pu au moins me laisser achever mon repas !

« Les Potins de Paris. » Paris, 1933. 
Illustration de Caran d’Ache.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s