Fleurs en salade

Publié le

nature-morte

En l’honneur du printemps, nous écrivîmes un jour une petite fantaisie où il était question de manger des fleurs en salade. Cette exagération de l’enthousiasme apporté par les mois fleuris pouvait prêter à quelque critique. Or la chronique médicale nous apprend qu’un médecin du Puy-de-Dôme fit récemment préparer par sa cuisinière un bifteck aux capucines.

Le cresson prévu comme garniture manquait en effet et le docteur décidé à orner convenablement la viande grillée cueillit dans son jardin une botte de fleurs de capucines, les déposa sur un plat avec un morceau de beurre frais, les saupoudra de sel et de poivre, et les arrosa de jus de citron. La cuisinière émerveillée et inquiète à la fois, plaça le bifteck sur ce lit somptueux et le docteur le mangea.

Il le trouva exquis.

La fleur de capucine possède un goût particulier fin et piquant qui ressemble à celui du girofle dont le bouton desséché est employé pour la cuisine. Il y a d’ailleurs belle lurette qu’on mange des fleurs. Les jasmins et les fleurs d’Italie, comme les violettes de Toulouse nous parviennent depuis longtemps sous forme de confiseries exquises et parfumées. Et le choux-fleur, n’est-il pas l’inflorescence d’un végétal cueillie un peu avant son complet développement ?

Dans l’est de la France, le nénuphar jaune sert à la fabrication des confitures, les grappes blanches et parfumées de l’acacia à celle de délicieux beignets et les capucines assaisonnent et égayent la salade dans certaines régions.

Les mangeurs de fleurs appelés « anthopophages » ne sont donc pas nés d’hier. Les mauvaises langues diront qu’il convient de se méfier d’eux car ils sont « anthropophages » sans en avoir l’r. Il convient aussi, dans la consommation des fleurs, de les choisir avec le conseil de l’herboriste. On m’a conté l’histoire d’un vieux grigou qui aimait tant l’argent qu’il eut envie un jour de manger des « boutons d’or ».

Il s’empoisonna.

Tristan Lenoir. « La Revue limousine. » Limoges, 1929.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Fleurs en salade »

    marie a dit:
    mai 12, 2017 à 2:43

    une jolie table, mais à part les capucines, je ne mange pas de fleurs. Bon après-midi MTH

    Aimé par 1 personne

    francefougere a dit:
    mai 12, 2017 à 6:54

    Et encore ! pour les capucines ! Je m’en tiens aux fleurs de thym- les feuilles aussi bien sûr – et autres plantes aromatiques, avec prudence

    J'aime

    francefougere a dit:
    mai 12, 2017 à 6:54

    Cette  » nature vivante  » est fort jolie ! merci

    Aimé par 1 personne

    juliette a dit:
    mai 12, 2017 à 7:34

    en été on mange quelquefois des beignets de fleurs de courgettes si les petits campagnols n’ont pas mangé les courgettes

    Aimé par 2 people

    jmcideas a dit:
    mai 16, 2017 à 1:03

    Les fleurs sont au menu des plus grands chefs
    Il ne faut pourtant point oublier les racines
    > la pomme de terre revient au goût du jour
    Inconvénient: la nécessité de les laver avant cuisson !
    Avantage: Plus nombreuses que les fleurs
    Finalité: Manger des algues marines !
    (sans racines, ni fleurs)

    J'aime

    Maître Renard a dit:
    mai 27, 2017 à 9:01

    A reblogué ceci sur Maître Renard.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s