Caprice

carpeaux

Jean-Baptiste Carpeaux, de qui M. de Poncheville nous révèle, dans un livre copieux, Carpeaux inconnu, l’histoire intime, s’était fait recevoir (habileté ? talent ?) à la cour impériale. Son historien connaît-il cette anecdote authentique ?

Le maître achevait son groupe du pavillon de Flore, juché sur son échafaudage. L’empereur passait, qui faisant arrêter son cortège, alla rejoindre Carpeaux pour le féliciter. Dans son ravissement, celui-ci crut plaisant de lancer sur la foule quelques boulettes de terre.

— Monsieur Carpeaux ! protesta l’Empereur.
— Sire, vous ne le feriez pas si vous le vouliez ?
— Monsieur Carpeaux !
— Alors, fit l’artiste en manière de compliment, ce n’est pas la peine d’être empereur…

« Le Bulletin de la vie artistique. » Paris, 1921.

Publicités

Une réflexion sur “Caprice

  1. Vous en connaissez un caprice ?: ‘celui de manger des fraises à Noël’
    Mem: l’épouse de mon ami avait exigé cette envie (NB sans être enceinte)
    Il ne pu (ou voulu) y requérir
    Résultat = Un divorce confirmé (archi vrai)

    Libre arbitre de cet état de fait— 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s