Le langage de la mouche

Publié le Mis à jour le

.mouche

la « mouche » tente un retour offensif : depuis quelques semaines, la plupart des artistes qui « font » la mode ou qui la suivent jalousement, arborent ce nævus artificiel, à la scène et même à la ville, au coin de la lèvre, dans le sillon du sourire, ou à la commissure des paupières. 

La « mouche » qui était, au XVIIIe siècle, l’attribut le plus indispensable de la séduction féminine et qui avait, depuis bien longtemps, rejoint dans les oubliettes de la mode, les paniers, les perruques et tout l’attirail de l’élégance des contemporaines de Watteau. A ce propos, il est amusant de rappeler que le XVIIIe siècle, d’une galanterie si ingénieuse, avait créé le « langage des mouches ».

Selon la place où elle était posée sur le visage la mouche avait telle ou telle signification : au coin de l’oeil, elle était affectueuse. Au milieu du front, majestueuse. Dans la fossette du rire, enjouée. Au milieu de la joue, aimable. Sur les lèvres, coquette. Au-dessous de la lèvre inférieure, discrète.

Flossie. Paris, 1er janvier 1910.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Le langage de la mouche »

    raimanet a dit:
    mai 26, 2017 à 4:14

    A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    une mouche ! et pourquoi pas un beau tatouage ? essayer c’ est adopté …

    Aimé par 1 personne

      nuage1962 a dit:
      mai 26, 2017 à 4:24

      Pas certaine qu’aujourd’hui on laisse les mouche venir nous montrer leur affection 😏

      Aimé par 1 personne

    suzanne35blog a dit:
    mai 26, 2017 à 4:46

    Cette mode pourrait revenir…

    Aimé par 1 personne

    juliette a dit:
    mai 26, 2017 à 7:57

    🙂

    Aimé par 2 people

    Trigwen a dit:
    mai 28, 2017 à 2:13

    Je suis une mouche : Posée sur sa bouche/: Elle était nue / On aurait cru le paradis / Tant elle était jolie
    Je suis une mouche / Posée là sur sa bouche / Je n’avais d’yeux que pour elle / Mais elle voulait
    Que je me tire à tire d’ailes.
    Sur ses lèvres, moi, j’avais décidé / De ne plus jamais m’envoler : Sur ses lèvres, moi, j’avais décidé
    De ne plus jamais m’en aller .
    La mouche de Michel Polnareff.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s