Le suffrage des femmes

Publié le

john-stuart-mill

On nous communique l’anecdote suivante, dont le héros est John-Stuart Mill, le grand économiste anglais qui vient de mourir à Avignon.

On sait que John-Stuart Mill a passé une partie de soi existence à plaider la cause du suffrage des femmes. Un jour, dans un petit village aux environs d’Avignon après une longue course, il s’arrête dans une auberge et demande à souper. Il n’y avait plus que quelques saucisses, et il fallait deux heures pour aller à la ville et en revenir.

Au moment où l’on va lui servir ce qui restait, arrive une bande de jeunes paysannes qui venaient de faner et qui soupaient d’habitude à cette auberge. Il s’approche de l’aînée et lui demande la permission de partager leur repas. Celle-ci consulte ses voisines, qui, l’appétit aiguillonné par le grand air, refusent énergiquement.

John-Stuart Mill s’en alla, le ventre vide, réfléchissant sur l’autorité du suffrage des femmes.

« Le Journal des coiffeurs. » Paris, 1873.

 

Publicités

9 réflexions au sujet de « Le suffrage des femmes »

    anne35blog a dit:
    juin 1, 2017 à 12:57

    et oui, les femmes d’abord!

    Aimé par 1 personne

    Roomanies a dit:
    juin 1, 2017 à 1:29

    rires! ça fait chaud au cœur…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s