Vin hospitalier

ivresseIl est curieux de connaître la consommation de vin et de spiritueux que font les hôpitaux de Paris. Le mardi 11 septembre, on a procédé à l’adjudication de 1 245 000 litres de vin pour le service de la cave centrale des hôpitaux pendant six mois à partir du 1er octobre 1883.

Les vins à fournir sont de plusieurs sortes : il y a 110 000 litres de vin de Roussillon, 110 000 de vin de Lapalme, 110 000 de vin de Lot-et-Garonne, 220 000 de vin du Gers, 220 000 de vin de l’Hérault, 110 000 de vin de Mirepeisset,110 000 de vin du Minervois, 60 000 de vin de Bordeaux de 1881, 70 000 de vin de Bagnols, 10 000 de vin de Bordeaux blanc de 1879, 2 500 litres de vin d’Espagne blanc, 2 500 litres de vin de Picpoul blanc. 

Egalement, les spiritueux à fournir pour le quatrième trimestre 1883 se composent de 20 000 litres d’alcool du Nord, 10 000 litres de rhum, 3 000 litres d’eau-de-vie.

Si on juge de la consommation des gens bien portants par celle des malades, on peut affirmer que Paris est une des villes où l’état de marchand de vin offre le plus de chances de succès.

« Les Annales politiques et littéraires. » Paris, 1883.
Peinture de Jan Steen.

Publicités

14 réflexions sur “Vin hospitalier

      1. Oh que oui ! Un temps où les pouvoirs publics ne venaient pas s’immiscer dans notre vie privée pour nous dicter ce qui était bon ou non pour nous.
        Un temps où on pouvait déguster sans culpabiliser un bon petit rouge ou un bon petit blanc de derrière les fagots après un petit apéro sympa.
        Maintenant, lorsqu’on va à un un mariage,une communion ou une fête de famille, il nous faut calculer le nombre de verres bus ou rester dormir dans l’auto… triste époque où les politiques gèrent nos vies au lieu de gérer le pays.

        J'aime

  1. Heureux temps béni où le Coca Cola n’avait pas encore été inventé, où les bougnats auvergnats, au fond de leurs bistrots, vendaient alcools et charbon. Il ne reste qu’un représentant de ces petits commerçants, qui a émigré aux Etats Unis, planqué sous une perruque blonde ; il vend de la bière funéraire et du charbon ardent au peuple sous l’appellation de « truffe nationale ». Enfin, comme on dit là-bas : « God and Michet save America »…

    Aimé par 3 people

  2. C’était l’époque où les médecins préconisaient le vin comme boisson permettant de retrouver des forces et excellente pour le coeur et les artères.
    Ceux qui ont vu leur porte-feuilles et leur porte-monnaie engraisser et se porter de mieux en mieux,, ce furent alors les bougnats auvergnats qui avaient le monopole de la distribution de vins et spiritueux et de détention de bars-café. »
    Une époque où le sieur Evin et la sécurité routière n’avaient pas encore mis de barrières et ne se mêlaient pas encore de notre santé comme si nous étions des enfants à éduquer.

    Aimé par 2 people

  3. Aujourd’hui, on peut avoir l’air bête, à apporter des fleurs, au chevet d(un patient…
    quand une bouteille de Beaujolais peut offrir une guérison plus rapide !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s