Le langage musical des animaux

Publié le Mis à jour le

walt-disney

Un missionnaire protestant, M. Ebenezer Hunt, publie dans l’Uganda Monthly Magazine une étude assez singulière, intitulée une Nuit dans le désert, dans laquelle il prétend donner une notation précise, obtenue par lui au moyen du gramophone, des expressions phonétiques des animaux du centre de l’Afrique.

Le révérend Hunt nous apprend ainsi que le lion, dans la période des amours, a un élan mélodique plein d’ardeur et non dépourvu de mélancolie. Il se déclare à sa belle amie, d’une façon qui se rapproche « de celle de Roméo dans l’opéra de Gounod ». L’hippopotame a un timbre de voix perçant, presque un fausset, et émet des espèces de balbutiements essentiellement comiques. La panthère semble incliner vers la mélopée wagnérienne, et les ouistitis, quand ils se poursuivent sur les branches des arbres, donnent l’impression d’un caquetage de commères à la fontaine. Quant au rhinocéros, il est élégiaque, et son « chant » semble rappeler un peu le cor anglais… 

Voilà un chapitre à ajouter, sous bénéfice d’inventaire, aux oeuvres de Buffon et de Lacépède.

« Revue musicale de Lyon. » Lyon, 1906.
Illustration : Walt Disney.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le langage musical des animaux »

    francefougere a dit:
    juin 5, 2017 à 7:26

    Ah ! si vous entendiez les modulations de ma petite persane de 2 kgs ! Un tigre fait moins d’effet – et je n’exagère pas 🙂

    Aimé par 1 personne

    Trigwen a dit:
    juin 6, 2017 à 1:24

    Ce révérend devait avoir une sacrée oreille musicale pour parvenir à comparer avec autant de précision les différents cris des animaux avec les instruments de musique très divers.
    La panthère avec la mélopée wagnérienne, le rhinocéros dont le « chant » ressemble au le cor anglais ou le lion qui rappelle le Roméo de Gounod, cet homme a? soit un sacrée imagination soit l’oreille parfaite …

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    juin 6, 2017 à 3:06

    Ce langage, si inaccessible à nous autres, humains…Telle ma petite chatte qui me semble parler toujours sur le même ton
    > Détrompez-vous, elle y mets des variances subtiles, non pas en tonalité, mais en longueurs de son……je ne vous apprends rien peut-être…..mais entre-chats, tel qu’à l’opéra, ceci fait toute la différence dans l’interprétation
    Maître Wagner eut approuvé mon propos
    OK, je m’éclipse

    Aimé par 2 people

      Trigwen a dit:
      juin 6, 2017 à 5:41

      Non non, ne t’éclipse pas. Il y a du vrai dans ce que tu dis : je reconnais quand ma chatte miaule pour être caressée, quand elle demande de la nourriture ou qu’elle demande à sortir dehors.
      Je ne saurais dire si ces miaulement sont du Mozart, du Beethoven ou du Tchaïkovski mais sans doute émet-elle des notes très mélodieuses que je sais pas repérer.

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s