L’agression

soirée

On raconte bien des mésaventures occasionnées par les fausses dents. Mais nous  savons que la plupart de ces récits sont erronés. Cependant voici un fait qui a eu lieu en présence de nombreux témoins.

C’était dans une soirée. On causait. Survient un monsieur à l’air respectable et froid. Comme toujours, les causeries s’arrêtent. Le monsieur se dirige vers la maîtresse de la maison, la salue, fait un signe de tête à quelques personnes de connaissance et s’assied. A peine s’est-il posé sur son fauteuil, qu’il jette un cri perçant et bondit sur ses pieds. On se lève, on s’empresse autour du malheureux qui, portant ses mains aux basques de son habit, semblait indiquer que c’était de ce côté que venait la douleur. On l’interroge avec anxiété, mais lui, pour toute réponse, tire de sa poche… quoi ?… son râtelier.

L’infortuné s’était mordu !

« Le Conteur Vaudois. » n°43. Lausanne, 1863.

Publicités

5 réflexions sur “L’agression

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s