Le promeneur solitaire

Publié le Mis à jour le

verlaine

Gustave Kahn aimait à rappeler quelques-uns des nombreux souvenirs que lui a laissés sa longue amitié avec  Paul Verlaine.

Il écrivait n’importe où, racontait-il, sur un coin de table, dans la rue. La marche l’inspirait, son rythme faisait naître en lui le poème. C’est ainsi qu’un jour, en se rendant de Saint-Sulpice à certain café des Batignolles où il avait ses habitudes, il composa le petit poème « Automne ». Au Louvre il nota « Les sanglots longs des violons de l’automne » et à la Chaussée d’Antin « Pareil à la feuille morte ».

Il corrigea le tout sur la table du mastroquet.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Le promeneur solitaire »

    anne35blog a dit:
    juin 15, 2017 à 7:33

    un poète comme je les aime,spontané!

    J'aime

    marie a dit:
    juin 15, 2017 à 8:42

    Bonsoir, j’adore la chanson. Bonne soirée MTH

    J'aime

    Trigwen a dit:
    juin 16, 2017 à 1:16

    Comme quoi les grandes oeuvres peuvent naitre à tous moments dans des endroits inattendus.

    J'aime

    Trigwen a dit:
    juin 16, 2017 à 1:21

    Georges Brassens n’avait pas son pareil pour mettre en musique et interpréter les plus grands poètes : Paul Fort, Aragon, Hugo, Francis Jammes, Musset, Villon ou Théodore de Banville.

    Aimé par 1 personne

    raimanet a dit:
    juin 16, 2017 à 11:51

    A reblogué ceci sur Raimanet.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s