Le sous-bois

Publié le

gustave-courbet

Un jour un inspecteur des forêts vient visiter l’atelier de Gustave Courbet. Sur le chevalet était un sous-bois remarquable, devant lequel tout le monde, y compris l’inspecteur des forêts, s’extasie.

— Une légère chicane, Monsieur Courbet, risque le fonctionnaire, il me semble que dans les chênes, les branches basses partent un peu trop haut du tronc, généralement il n’en est pas ainsi dans la nature.

Le peintre franc-comtois sans se déconcerter :  

— Alors vous, quand vous êtes, dans une forêt vous voyez des arbres ?
— Dame! oui.
— Eh bien ! moi, je n’en vois point, je suis ému, voilà !

« L’Éclipse. » Paris, 1876.
Peinture : autoportrait de Gustave Courbet.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s