Manière de faire un ténor

tenor

Au mois de juillet, un garçon coiffeur de Trieste éprouva des chagrins d’amour, Il voulut offrir sa vie en holocauste à l’infidèle, et il se coupa bravement la gorge avec un rasoir, ou, pour mieux dire, il se la coupa aux trois quarts.

On le transporta à temps à l’hôpital. Il reçut les soins les plus empressés des meilleurs praticiens, et on le sauva. Jusqu’ici, rien d’extraordinaire,on voit de ces choses-là, tous les jours. Mais le roman commence justement après les deux mois de convalescence du trop amoureux barbier.

Savez-vous avec quel capital il est sorti de l’hôpital ? Il en est sorti avec une voix de ténor dramatique d’une puissance et d’un timbre extraordinaires. Il se trouve à présent à Vienne, où il fait son éducation musicale sous la direction d’un des plus habiles professeurs.

Ceux qui l’ont entendu en ont été émerveillés.

« Journal du Loiret. »  Paris, 1868.

Publicités

3 réflexions sur “Manière de faire un ténor

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s