Civilité d’un juge

western

Voici comment un juge américain, connu dans tout l’Ouest par sa politesse exquise, qui contraste tant avec le sans-gêne habituel des Yankees, a récemment annoncé à un meurtrier sa condamnation à mort :

« Accusé, monsieur D…, levez-vous, je vous prie. C’est là une formalité prescrite par la loi, sans cela, je me ferais un scrupule de vous déranger. Vous êtes inculpé d’un crime qualifié d’assassinat, je crois.

A mon grand regret, le jury vous a déclaré coupable. J’ai malheureusement, tout en réservant mes sentiments personnels, à vous annoncer que vous devez être pendu par le cou jusqu’à ce que vous soyez mort, mort, mort ! Maintenant, je vous prie, rasseyez-vous. Permettez-moi encore une question : à quelle heure vous serait-il le plus convenable d’être pendu ? »

« Le Voleur illustré. » Paris, 1869

Publicités

3 réflexions sur “Civilité d’un juge

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s