Un geste 

Publié le Mis à jour le

george-bernard-shaw

On sait que George Bernard Shaw, le grand dramaturge anglais, vient d’autoriser une de ses anciennes amies à mettre en vente toutes les lettres d’amour qu’il lui envoya.

La vente de ces lettres est destinée à grossir une caisse de secours. 

— Alors vous ne regrettez pas votre geste ? demandait-on à l’auteur de la Charrette de pommes
— Je ne regrette pas mon geste,  je regrette d’avoir écrit ces lettres. N’était-ce là la meilleure façon d’en priver la destinataire ? 

« Cyrano. » Paris, 1931.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Un geste  »

    karouge a dit:
    juin 30, 2017 à 9:17

    Comme quoi, si Georges Bernard s’était appelé Chat, et non Shaw, ses lettres d’amour auraient-elles porté d’autres griffes que sa simple signature ! (mais elles n’auraient été vendues qu’aux greffiers, et donc rangées dans des tiroirs métalliques que la postérité jamais n’auraient ouvert !)

    Aimé par 1 personne

    Trigwen a dit:
    juillet 2, 2017 à 1:24

    « je regrette d’avoir écrit ces lettres. », la preuve que tout grand écrivain doté d’un certain humour qu’il était, George Bernard Shaw était un foutu goujat !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s