Camaraderie animale 

Publié le Mis à jour le

rats.

C’est une de ces curieuses histoires de bêtes qui plongent l’être humain, qui n’est, disent certains, qu’un animal supérieur, dans de troublantes réflexions. 

Un mineur de Cardiff qui regagnait sa demeure aperçut tout à coup devant lui deux rats qui cheminaient tranquillement côte à côte, une petite branche de bois entre les dents. D’un coup de bâton il assomma l’un des rongeurs, mais, non sans étonnement, remarqua que son compagnon gardait le petit bout de bois dans sa gueule et restait en place, l’air désemparé. Curieux, il s’empara de l’animal si peu farouche, et constata qu’il était aveugle. Sans son camarade, il ne pouvait continuer son chemin. Emu de ce trait de charité animale dont le guide à quatre pattes avait été victime, et navré de son geste, le mineur emporta avec lui le rongeur aveugle. 

Et l’histoire fait le tour des sociétés compétentes d’Angleterre, qui semblent être assez surprises de ce cas d’intelligence chez ces petits mammifères, dont on ne croyait, dit-on, l’esprit de camaraderie aussi développé. 

Nous sommes pourtant quelques-uns qui, pour les avoir vus à l’œuvre pendant la guerre, n’en sommes pas autrement étonnés. D’accord avec mon camarade Mac-Orlan, qui leur a consacré un chapitre bien intéressant dans les Poissons morts, je déclare ici, pour les avoir observés de près, que ces satanés animaux sont d’une très grande intelligence, et je ne suis pas loin de croire qu’ils usent entre eux d’un langage… secret, et pour cause ! Entre cent anecdotes sur leurs exploits, qu’on me permette d’en conter une. 

Dans l’abri où nous couchions alors, au bois Le Prêtre, un quarteron de rats nous tenaient compagnie. Une nuit, comme ils manquaient vraiment de la plus élémentaire discrétion et se livraient, sur la planche où nous avions nos musettes, à une bamboula effrénée, un camarade envoya un godillot dans le tas. Comme je ne dormais pas (j’écrivais) à la lueur du quinquet je vis toute la scène. Le projectile, lancé avec force, envoya un des rongeurs contre la paroi et l’écrasa ou, du moins, je le crus. Les autres disparurent comme par enchantement. 

Un quart d’heure après, en regardant de ce côté, je vis le rat, couché sur le flanc, qui remuait imperceptiblement une patte de devant. Je pensai : « Tiens, il n’est pas mort. Mais il meurt ». Or, en continuant à m’intéresser à son agonie, je vis ceci : tandis qu’il remuait à peine la patte libre dans la direction d’un trou qu’il y avait dans la paroi, j’aperçus là le museau d’un autre rat qui nous observa un moment. Rassuré par notre immobilité absolue, il s’avança alors jusqu’au rat blessé, le flaira, en fit le tour, le remua de son museau et regagna son trou en vitesse. Il en ressortit presque aussitôt, suivi d’un autre. Prudemment, nous observant une seconde, ils joignirent leur compagnon et, l’un devant, l’autre derrière, l’un tirant, l’autre poussant, ils l’emportèrent. De crainte d’interrompre la scène, je retenais ma respiration. 

Devant le trou, il y eut quelques difficultés pour faire passer le blessé, mais, en fin de compte, les trois rats disparurent. 

Au jour, j’eus la curiosité de les rechercher, mais je ne trouvai rien. Nous bouchâmes le trou, ce qui d’ailleurs, ne les contraria qu’une nuit, car la suivante ils en firent un de l’autre côté et continuèrent à explorer nos musettes. 

Depuis cette scène, j’avoue que, en songeant à d’autres rongeurs bien plus dangereux, les rats me sont assez sympathiques.

René Le Gentil, 1931.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Camaraderie animale  »

    ermite-athee a dit:
    juillet 8, 2017 à 2:36

    Ce serait bien si les humains suivaient l’exemple de ces rats ………..

    Aimé par 2 people

    juliette a dit:
    juillet 8, 2017 à 4:08

    belles anecdotes de solidarité , c’est super ce genre d’histoires Gavroche 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s