Einstein et le petit violoniste 

Publié le

yehudi-menuhin

Le monde musical allemand est dans l’enthousiasme. Un jeune garçon de douze ans, Jehudi Menuhin, s’est révélé prodigieux violoniste.  

Ce wunderkind a exécuté dernièrement à Berlin trois concertos des trois grands B (Bach, Beethoven et Brahms) avec une telle maîtrise que le public lui a fait une immense ovation. L’orchestre était dirigé par Bruno Walter, un des plus célèbres Kapellmeister d’Allemagne.

Albert Einstein, qui était dans la salle, tint à féliciter le petit virtuose : 

« Mon cher petit, lui dit-il, les larmes aux yeux, voilà bien, des années que je n’ai pas éprouvé une émotion semblable à celle que vous m’avez donnée aujourd’hui. » 

A l’Opéra de Dresde, Jehudi Menuhin a remporté un succès aussi vif qu’à Berlin. Nous aurons bientôt, paraît-il le plaisir de l’entendre à Paris. Cet enfant est nè à San-Francisco. Ses parents, qui l’accompagnent en Europe, sont des israélites de modeste origine qui ont émigré de Palestine aux Etats Unis. Comme on leur demandait de qui leur fils pouvait bien avoir hérité ce génie musical, ils répondirent que son grand-père était un rabbi de la secte des Hassidistes, et que sa ferveur religieuse était peut-être à l’origine de cette précocité, musicale du petit-fils.

« L’Européen. » Paris, 1929.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Einstein et le petit violoniste  »

    L'Ornitho a dit:
    juillet 10, 2017 à 8:12

    Et il est resté grand jusqu’au bout !

    Aimé par 1 personne

    Aphadolie a dit:
    juillet 10, 2017 à 11:49

    Magnifique Gavroche

    Aimé par 1 personne

    fanfan la rêveuse a dit:
    juillet 11, 2017 à 7:12

    Bonjour Gavroche,
    Splendide, j’en ai la chair de poule… C’est l’un des deux morceaux de classique que j’adore. Merci pour cette magnifique interprétation et ce partage Gavroche. Très belle journée à toi ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    juillet 11, 2017 à 12:32

    Einstein a eu plusieurs vies—comme vous et moi—
    Celle du professionnel mathématicien, celle du penseur, & celle intime
    « Quand on verse une larme sur ce que l’on aime, elle efface les pensées noires, et son devoir  »
    JMC

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s