Incongruité

Publié le Mis à jour le

maxime-gorki

Avant l’avènement du régime constitutionnel en Russie, il advint que Gorki fut emprisonné pour avoir participé à des manifestations dans la rue. Fédor Chaliapine raconte, à ce propos, une anecdote bien caractéristique : 

Quand on lui eut donné de l’encre et des plumes, Maxime Gorki, dans son cachot, se mit à écrire une comédie en cinq actes du genre le plus drolatique. Et ce travail le divertit lui-même à tel point qu’il lui échappa des éclats de rire bruyants. Cette hilarité insolite en un tel lieu attira  l’attention de la sentinelle qui se promenait dans le couloir. A un moment donné, le prisonnier vit le visage étonné du soldat s’encadrer dans le guichet de la porte verrouillée. Et Gorki rit encore plus fort.

Quand il fut mis en liberté, il avait déjà écrit trois actes.  

Gabriel Bernard. « Pages de gloire. » Paris, 1916.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Incongruité »

    cybercloch a dit:
    juillet 12, 2017 à 11:25

    Je ne peux qu’apprécier…

    Aimé par 1 personne

    francefougere a dit:
    juillet 13, 2017 à 7:20

    Gorki n’était pourtant pas un  » marrant  » – Belle anecdote montrant son courage, merci 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s