Musique mystérieuse

Publié le Mis à jour le

paul-rubens

Il existe un phénomène qui mérite une mention particulière, c’est la merveille connue sous le nom de musique mystérieuseCe n’est pas le sifflement du vent à travers les roseaux, quoique très mélodieux, l’explication ne peut pas en être trouvée dans les échos des accords d’une musique réelle que la distance aurait étrangement idéalisés, ce phénomène est plus étrange que cela.

C’est une musique qui ne provient pas d’une source ordinaire, elle vous inspire d’une étrange façon, elle est presque céleste et se fait entendre dans les airs autour d’un petit cimetière sur la rive sud de la Tweed. Entre la rivière et l’église il y a la grande route, et entre cette route et l’église il y a un bois épais sur un terrain en pente. C’est à travers ce bois que quelquefois ces sons étranges viennent saluer le voyageur.

Une pareille musique dans une maison doit sembler encore plus miraculeuse. Il y a une maison, nommée Pottery House, à Hunslet,dans le district de Leeds. Dans une chambre à coucher d’un étage supérieur, il y a peu d’années, un malade était couché, gravement atteint d’une fièvre rhumatismale, et, selon toute apparence, bien près de sa fin. Une nuit, sa soeur et le mari de celle-ci venaient de le quitter pour un instant, quand ils entendirent, venant de cette chambre, une suite de sons musicaux formant une mélodie douce et enchanteresse.

Ils revinrent vers le malade. Lui-même avait entendu ces sons surnaturels, était entré en extase et, depuis ce moment, fut guéri.

Ce n’est pas le seul exemple de musique spirite. Dans tous les cas connus, ces sons qui nous viennent ainsi des autres sphères ont une harmonie qui semble surnaturelle, comme s’ils étaient produits par des anges. Dans ces recherches, les témoignages sont publiquement confirmés et prennent une force encore bien plus grande quand les animaux domestiques viennent se joindre aux hommes pour les attester.

Un jour, dans une maison du Canada, plusieurs personnes, assises dans une chambre, entendirent le maître de la maison arriver rapidement à cheval. Elles entendirent aussi les chiens courir dans la cour au devant de leur maître, pour lui souhaiter la bienvenue, comme ils avaient l’habitude de le faire. elles l’entendirent mener son cheval à l’écurie, puis entrer dans la maison, monter l’escalier, entrer dans la bibliothèque et fermer la porte.

Comme son arrivée était complètement inattendue, on se rassembla immédiatement dans cette pièce. On ne vit personne. Le maître de la maison était à cent milles de là. Il s’agis- sait d’un fantôme de vivant plutôt que de mort.

Du Cassell’s Family Magazine n° de mars 1897. Extrait du Light, 13 mars 1897. 
« Le Progrès spirite. » Paris, 1897.
Peinture de Pierre Paul Rubens.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s