Un gentleman

Publié le Mis à jour le

walter-sickert

Walter Sickert, ce peintre anglais dont on aime, à Londres et à Paris, les nus, les rues, les music-halls et les intérieurs, était attablé l’autre jour dans un café de Dieppe.

Un Américain entre, qui lui demande où sont les W-C. Sickert (il était en compagnie d’une dame) estime inconvenante la question. Un instant il hésite à répondre. Enfin il répond : 

Prenez ce couloir, tournez à gauche, montez trois marches, tournez à droite. Vous aurez devant vous deux portes à panneaux de verre dépoli. Sur l’une vous lirez : Gentlemen… Vous entrerez quand même. 

« Le Bulletin de la vie artistique. » Paris, 1921.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Un gentleman »

    nuage1962 a dit:
    juillet 18, 2017 à 5:07

    Au moins aujourd’hui on ne fait pas de cas avec ça

    J'aime

    jmcideas a dit:
    juillet 18, 2017 à 6:35

    Délicieux: J’eu moi-même indiqué
    « Présentez-vous aux latrines du coin, tu prends la 2ième à droite – Mais on ne s’y rend accompagné ! »

    (Le vous,# on # tu, n’ont heureusement pas interloqué ma compagne Anglaise)
    ;D

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s