Tout pour les maigres

Publié le Mis à jour le

mode

Le peuple peuple dit volontiers : « Tout pour les gros ». Rien n’est plus inexact. Ce sont les maigres qui ont la meilleure part dans cette vie. Henri Béraud l’a bien montré dans son inoubliable Martyre de l’Obèse. Mais il n’avait point prévu la nouvelle avanie qu’on se prépare à faire subir aux pauvres gras. 

Figurez-vous qu’une compagnie aérienne vient de décider que ses voyageurs ne paieraient plus un prix uniforme, comme autrefois, mais seraient taxés d’après leur poids. Il n’est pas juste, dit-on, d’admettre au même tarif une mauviette qui pèse à peine cinquante kilos, avec les os, et une importante matrone qui charge l’appareil de deux ou trois quintaux, et dont le transport coûte par conséquent deux ou trois fois plus d’essence et d’huile. Et dorénavant, avant de prendre place dans la cabine, les passagers devront se soumettre à la formalité du pesage, tout comme leurs malles. 

Considéré en soi, ce petit fait n’a guère d’importance. Mais c’est un premier pas vers une profonde modification de nos habitudes. Bientôt, en effet, cet exemple venu de haut sera suivi par les diverses entreprises de transports à la surface, compagnies de chemins de fer, T. C. R. P., etc. Devant chaque arrêt d’autobus, une bascule automatique tendra, les bras aux aspirants-voyageurs. Et au lieu de l’appel traditionnel : « … 708 ! 709 ! Plus qu’une place en première ! 710 ! Allez roulez ! » nous entendrons : « 150 kilos ! Y a-t-il deux personnes qui fassent ensemble 150 kilos ? 70 et 80 ! Ça va. Complet maintenant. Enlevez, c’est pesé ! » Et, pour le même trajet, on verra la femme payer soixante-dix centimes, et son mari quatre-vingt.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais, il me semble qu’il y a là quelque chose d’offensant pour l’espèce humaine, qui se trouvera ainsi ravalée au rang de simple marchandise. Sans doute, les automobilistes vous diront que dans les garages, le prix des places est proportionnel à l’ « encombrement » de la voiture. Mais nous ne sommes pas des machines. Sans doute aussi, on vous citera l’exemple des dancings, où les personnes sveltes dansent gratis, cependant que les grosses dames sont obligées de recourir aux coûteux services des professionnels. Mais ce n’est que par un abus de langage que la danse peut-être comprise parmi les transports en commun. 

Au demeurant, si l’on veut rompre avec le vieux principe de l’égalité, on pourrait s’y prendre autrement. Il me vient à l’esprit un système qui serait infiniment plus juste : pourquoi, au lieu de taxer l’embonpoint qui est un don gracieux de la nature, et non une conquête de la volonté, pourquoi, dis-je, les services publics ne s’attacheraient-ils pas plutôt, pour établir leurs échelles de tarifs, aux qualités morales des voyageurs. 

Ce serait un moyen de contribuer à l’amélioration de la race humaine, en punissant le vice et en récompensant la vertu. Il n’est pas équitable en effet que je paye ma place dans le Nord-Sud, moi qui suis bon, aussi cher que vous, lectrice, qui êtes rosse. (La preuve que vous l’êtes, c’est que vous vous moquez, en ce moment, de mon projet.) Je ne désespère pas de voir un jour, si Dieu me prête vie, cette réforme réalisée. 

Georges-Armand Masson. « La Femme de France. » Paris, 1927. 

Publicités

9 réflexions au sujet de « Tout pour les maigres »

    francefougere a dit:
    juillet 24, 2017 à 5:34

    Lors d’un voyage en avion, je n’ai pas payé de supplément de bagage parce que je suis menue 🙂

    Aimé par 1 personne

      Gavroche a répondu:
      juillet 24, 2017 à 5:36

      🙂

      J'aime

      jmcideas a dit:
      juillet 26, 2017 à 11:51

      OK, mais j’ai connu une menue, manger à bord, plus qu’un gros !

      J'aime

    loufoxinloveblog a dit:
    juillet 24, 2017 à 6:14

    C’est un peu gros ! Face à l’énormité de cette nouvelle politique commerciale tu pèses pas lourd dans la balance !

    Aimé par 1 personne

    juliette a dit:
    juillet 24, 2017 à 6:58

    bonsoir d’une mauviette qui adore les petits pois 😮

    Aimé par 1 personne

    Éric G. Delfosse a dit:
    juillet 24, 2017 à 11:49

    Bin, moi, blague à part, je suis « pour ».
    Après tout, ça existe déjà dans certains magasins : selon que tu pèses cinquante ou cent kilos, le prix du même vêtement (enfin, même modèle, mais pas la même taille) diffère…

    J'aime

    fanfan la rêveuse a dit:
    juillet 25, 2017 à 7:09

    Pas facile, chacun défend son point de vue…
    De nos jours cela n’est plus un souci, sachant qu’on rentabilise un maximum en remplissant les soutes des avions…

    J'aime

    LILIANE CALISTE a dit:
    juillet 25, 2017 à 1:30

    Je vois parmi ces commentaires que presque tous ne sont pas choqués de cette forme de « racisme ». Dommage…

    J'aime

    jmcideas a dit:
    juillet 26, 2017 à 12:12

    Une pratique commerciale, plus juste:
    « Adapter le prix au besoin du client »

    Ex: le rouleau de papier toilette à des prix différents selon la longueur
    Logique ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s