Avant l’heure, c’est pas l’heure !

Publié le Mis à jour le

 

édouard-joseph-dantan

L’Eclair rapporte un petit événement qu’a mis en émoi le personnel du Salon des Champs-Elysées. Les affiches annoncent que cette exposition est ouverte aux visiteurs de huit heures du matin à six heures du soir et qu’il en coûte un franc pour entrer.

Ayant donné son franc, un amateur passait devant les innombrables oeuvres d’art qui emplissent le palais de cette industrie. Tout à coup, à ses oreilles, retentit le cri : « On ferme !« 

« On ferme ! Déjà ! Quelle heure est-il donc ? » se demanda-t-il. Il consulta sa montre, elle marquait 5 h.40. « Si elle est sincère, pensa-t-il, j’ai encore vingt bonnes minutes à regarder pour user de ce droit, qu’à la porte, on achète en entrant. » Sa montre ne l’abusait pas. Il était en parfait accord avec l’horloge de l’endroit, arbitre désintéressé

La voix des gardiens continuait à glapir : « On ferme ! » Par une savante stratégie, le public, refoulé vers les portes de sortie, s’écoulait, silencieux, sans révolte, quoiqu’à regret de voir si tôt s’achever le temps de son plaisir.

Notre homme, ne bougeait point. Les gardiens arrivent à lui et, pour qu’il battit en retraite, à l’instar des autres moutons du troupeau de Panurge : « On ferme, monsieur. » lui dit un fonctionnaire, convaincu que ces brèves paroles seraient irrésistibles. Il n’en fut rien. Le visiteur restait à sa place.

On le crut affligé du côté de l’ouïe. On lui cria dans l’oreille qu’il eut à s’en aller, que l’on fermait. Il répondit avec une robuste douceur qu’il n’était pas sourd, et qu’il n’était pas aveugle, non plus. Il voyait très clairement qu’il s’en fallait de vingt minutes que l’extrême délai fût atteint et qu’il n’était pas le moins du monde d’humeur à sortir avant que le temps révolu fût arrivé.

« Je suis entré ici pour n’en sortir qu’à six heures, et n’en sortirai qu’à six heures, dit-il. J’ai payé. On s’est engagé, en recevant mon argent, à me laisser tranquille jusqu’à six heures. J’y ai compté. Il y a encore des oeuvres que je veux regarder, car peut-être ne reviendrai-je plus au Salon de si tôt. Et notamment, je voudrais m’approcher de ce groupe de Gérôme qui est à dix pas de moi. L’admirer et, d’un pas paisible, regagner la sortie, cela me mènera à l’heure préfixe. J’exige qu’on me laisse aller, c’est dans les termes de mon contrat.« 

Un agent s’interposa, venant renforcer les gardiens. Le visiteur, qui était là par la volonté de M. Bonnat (du Comité de Peinture), n’en voulut pas sortir à l’aspect d’une baïonnette. Il tint bon. Et l’administration dut céder.

Le visiteur obstiné ne partit qu’à six heures juste, laissant les gardiens outrés qu’un simple citoyen eût osé user de son droit, et ne pas se prêter à la petite manoeuvre qui permet à messieurs les préposés de gagner une demi-heure sur leur temps de service réglementaire.

« La Joie de la maison. » Paris, 1892.
Peinture : Edouard Joseph Dantan.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Avant l’heure, c’est pas l’heure ! »

    equinoxio21 a dit:
    août 3, 2017 à 7:45

    L’arbitraire. Toujours l’arbitraire…

    Aimé par 1 personne

    anne35blog a dit:
    août 3, 2017 à 8:27

    il ne s’en laissait pas imposer, c’est fort!

    Aimé par 2 people

      Trigwen a dit:
      août 11, 2017 à 12:20

      Un bel exemple de résistance et d’une façon intelligente de faire valoir ses droits !

      J'aime

    Trigwen a dit:
    août 11, 2017 à 12:20

    Encore un gardien syndicaliste qui veut rogner sur son temps de travail ! Ah si les administrés en faisaient autant à la Poste ou au Impôts, j’en connais qui feraient sérieusement la G…

    J'aime

    jmcideas a dit:
    août 12, 2017 à 5:36

    Peut-être hors sujet
    L’heure d’entrée, en usine:
    Plus 3 minutes: Le retard était suffisant à vous pointer ‘comme mauvais ouvrier’

    Moi-même, en tant qu’Agent des méthodes, il m’était insupportable que chacun ne soit pas à son poste ‘à l’heure dite’ !!

    A comparer, aux mauvaises habitudes prises par la flexibilité attribuée au personnel actuel

    > La synchronisation n’est-elle pas une un impératif essentiel de vos données de smartphone ?
    >Autre temps, autres moeurs>

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s