Le coq en pâte

Publié le Mis à jour le

coq-poules

Etes-vous possesseur de 1500 livres de rentes en biens-fonds au soleil, ou célibataire présomptif héritier d’un oncle éligible, ou titulaire d’une bonne cure au fond de la Normandie,ou auteur d’un vaudeville bien accueilli sur l’unique théâtre de votre département ?

Avez-vous un foyer bien chaud en hiver, une terrasse plantée de clématites et de jasmins en été ? Disposez-vous le dimanche une place au lutrin à côté du marguillier ? Vous donne-t-on une loge bien close et bien silencieuse au spectacle ? Des administrés, passant devant vous, ôtent-ils respectueusement leur bonnet… ? et caetera.

Chacun de s’écrier : « Il est heureux comme un coq en pâte !« 

J’ai entendu dire cela, étant tout petit, par mon père, qui le tenait du sien à qui son trisaïeul l’avait peut-être transmis par mutations successives. Quoiqu’il en soit, l’autre jour, ne sachant que faire (ce qui m’arrive assez souvent ), je cherchais un sujet quelconque d’occupation lorsque l’idée me vint d’interroger le passé sur l’origine du dicton en question: « être heureux comme un coq en pâte. » Or comme pour moi le passé se trouve tout entier dans les respectables mémoires de mon grand père , je n’eus rien de plus pressé que de compulser le précieux document.

Il faut vous dire que mon grand père, brave homme (quoique procureur), écrivait énormément, à propos de tout… et à propos de rien.

Après bien des recherches, j’eus l’indicible bonheur de trouver un carré de papier jaune , chiffonné et tout couvert de petits pieds de mouche parmi lesquels je déchiffrai les mots d’un texte fort intéressant. J’en donne ici la traduction fidèle, sans néanmoins prétendre garantir l’authenticité du contenu.

Il y avait une fois un pauvre fermier. Ce pauvre fermier avait pour toute volaille certain coq, à la rouge aigrette, à la voix claire et perçante et qui chantait matines fort régulièrement. Mais, comme le blé et l’avoine n’étaient pas choses communes à la ferme, maître coq jeûnait souvent, à son grand désarroi ! Or il advint qu’un jour où la huche du fermier menaçait famine, celui-ci se dit résolument : « il faut que je torde le cou à mon coq et que je le mange. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Notre coq passe incontinent de vie à trépas. Dûment plumé, on le place au milieu d’un gâteau de pâte de sarrasin, puis, on le met au four, puis, lorsqu’il est en pleine cuisson, on le dévore.

Le fermier cependant s’était senti un brin de remords dans l’âme, mais il avait fini par dire : « bah ! Le coquin n’est pas si malheureux ! Du moins il ne jeûnera plus ! » C’était un bonheur comparatif. Et voilà pourquoi, depuis ce temps là, on dit : « Heureux comme un coq en pâte ! »  

Reste à savoir si l’application du proverbe est toujours faite ad rem.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le coq en pâte »

    Trigwen a dit:
    août 8, 2017 à 1:48

    Heureux peut être mais ça, c’était avant de passer de vie à trépas. L’était-il autant quand il était enfoui dans la pâte ?
    Jadis, les fermiers parlaient de coq de panier ou coq de bagage en faisant allusion au coq qu’ils transportaient au marché avec beaucoup de précautions pour lui conserver une valeur marchande la plus élevée possible.
    Vers la Renaissance, le coq était transporté avec d’énormes précautions. Ce n’est qu’au XVIIème siècle que le terme « pâte » a été introduit au car reposer sur une pâte semblait plus confortable.
    Imaginons maintenant que tu sois destiné à finir en pâté en croûte : tu apprécieras certainement l’extrême confort de la pâte sur laquelle tu serais allongé et la « douce chaleur » qui t’envelopperait ensuite pour te cuire.
    Même si le pâté de coq n’était pas vraiment répandu, il y a eu croisement entre l’ancienne expression et le terme en pâte considéré ici comme quelque chose de douillet ou confortable.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s