Un prisonnier politique 

Publié le Mis à jour le

ane

A Barcelone, en février 1936, deux partis se disputaient les voix catalanes : les conservateurs autonomistes, d’une part, et les autonomistes de gauche, d’autre part.

La veille des élections, la rue Pelayo connut le plus bel embouteillage qu’on ait jamais vu à Barcelone : un âne venait d’être livré à lui-même sur la chaussée et s’y tenait immobile et méditatif, ses longues oreilles sourdes au concert de vociférations et de klaxons des chauffeurs. Mais les vociférations se changèrent bientôt en une rigolade intense quand on vit que l’âne en question, ingénieusement tondu, portait sur le flanc cette inscription : « J’appartiens au front d’ordre (le front national de chez nous). » 

Un garde municipal se dévoua, mit la main à l’encolure de l’animal et l’emmena incontinent au commissariat de police. De là, le baudet fut envoyé derechef au Palais de Justice, où il fut rondement jugé.

L’âne ayant transgressé à la loi qui fixe les modalités de propagande électorale, fut conduit illico aux écuries municipales, son incarcération dans une prison d’Etat présentant des inconvénients d’ordre matériel qui firent reculer les juristes catalans. 

Maître Aliboron fut détenu. 

La presse barcelonaise s’intéressa au prisonnier et réclama son élargissement. Cet âne, considéré comme prisonnier politique, bénéficiait du décret d’amnistie récemment promulgué. Quant à l’intéressé, il se trouvait, paraît-il, content de son sort. 

Illustration : Joseph Kuhn-Régnier.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Un prisonnier politique  »

    jmcideas a dit:
    août 10, 2017 à 1:02

    C’est quoi ça: Un prisonnier politique ?
    ‘Une compromission à un parti d’idées contradictoires ?
    > La prison, dans ce cas, ne peut-être que très passagère ! 8 jours tout au plus.
    D’une manière générale,
    «  »Tout état, politique a des raisons qui ne perdurent que si peu » »
    (Plagiat de mon ami Voltaire)

    Aimé par 1 personne

    Trigwen a dit:
    août 12, 2017 à 1:37

    L’âne avait osé émettre des opinions politiques mais il faut admettre que ceux qui ont jugé cet âne furent plutôt idiots.
    Cela rappellent le Moyen-âge chez nous, époque à laquelle on jugeait les animaux qui avaient renversé un noble, avait réveillé un haut personnage ou avait osé se laisser aller sur les pied d’un noble ou d’un haut personnage de l’Eglise.

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s