Question sur la bicyclette

Publié le Mis à jour le

bicyclette

Doit-on dire monter à bicyclette ou monter en bicyclette ? Telle est la question insidieuse qu’a posée aux quarante Immortels un reporter ingénieux.

La question vous paraît futile ? Rappelez-vous que, si la presse est le quatrième pouvoir, le bicycle est en passe de devenir le cinquième. Dès le temps de Richelieu, l’Académie a coutume de ménager les pouvoirs établis, et l’histoire ne dit pas qu’elle ait jamais eu à s’en repentir. Vingt membres de la Compagnie ont donc voulu, par leurs réponses, satisfaire à la fois les deux passions dominantes de notre fin de siècle : le reportage et le cyclisme. Je me ferais un crime de ne pas vous faire connaître les plus remarquables consultations de ces oracles de la langue. 

La réponse de M. V. Cherbuliez est, comme on pouvait s’y attendre, spirituelle et courte : 

« Les bicyclistes me semblent plus disposés à considérer leur machine comme un cheval que comme une voiture. Ainsi disent-ils volontiers : monter à bicyclette et je n’y vois pour ma part aucun inconvénient.
Veuillez agréer, etc.
« V. CHERBULIEZ. » 

M. de Freycinet craint, là comme ailleurs, de se compromettre et esquive la difficulté : 

« La question que vous me posez est beaucoup trop grave pour que je me hazarde (sic) à y répondre. Je vous engage à vous adresser à la commission du Dictionnaire. Sentiments dévoués.
« C. DE FREYCINET. » 

On remarquera que M. de Freycinet écrit hazarder par un Z, et qu’il ferait bien lui aussi, de s’adresser à la commission du Dictionnaire. Je sais bien que Voltaire ne savait pas l’ortographe. Seulement c’était Voltaire. 

L’âme inquiète de Pierre Loti est troublée par la cruelle énigme : 

« Vous jetez le trouble dans mes idées grammaticales, monsieur. Avant votre question, j’aurais dit sans hésiter en bicyclette. A présent, je ne sais vraiment plus. Agréez, etc.
« PIERRE LOTI. » 

M. Ernest Lavisse refuse de jeter le poids de son autorité dans l’un des plateaux de la balance. Il semble trouver qu’on abuse de ses instants : 

« Monsieur,
« Laissez faire l’usage : le verbe
Monter s’y accommodera, car il est très accommodant. Sauriez-vous dire par exemple, ce qu’il signifie au juste dans cette phrase : Monter un bateau ou monter une scie à l’Académie à propos de bicyclette ?
« Sans rancune, d’ailleurs.
« E. LAVISSE. »

La réponse de M. Sully-Prudhomme a l’ampleur philosophique et la consciencieuse précision intellectuelle qui sont les traits saillants du poète de Justice. Sa lettre est trop longue pour que j’en puisse citer autre chose que la conclusion : 

« Que faire ? Je pense qu’il convient d’élargir la règle de l’analogie, d’assimiler la bicyclette à ce qu’elle remplace, et de dire : monter à bicyclette, comme on dit : monter à cheval, car cet admirable instrument rend le même genre de services qu’une monture animée, que le cheval; et son maître est une sorte de cavalier.
L’attitude du cycliste diffère peu de celle d’un jockey courbé sur sa bête, il est même un centaure, car il ne fait, par la pédale et la roue, qu’accélérer le mouvement qu’il doit à son propre effort.
« Veuillez agréer, monsieur et cher confrère, l’expression de mes sentiments dévoués.
« SULLY-PRUDHOMME. » 

Pour abréger, donnons les résultats de ce plébiscite d’Immortels. Sur vingt opinants, douze sont d’avis qu’il faut dire : A bicyclette. Ce sont MM. G. Doucet, Jules Claretie, Sully-Prudhomme, François Coppée, M. Du Camp, Victor Cherbuliez, Alexandre Dumas, Meilhac, E. Olivier, Mézières, Léon Say et V. Sardou. Cinq académiciens pensent qu’il faut rester sur l’expectative et laisser à l’usage le temps d’imposer son verdict. Enfin, deux indépendants adoptent résolument la forme « en bicyclette ». Ce sont MM. Ed. Hervé et Gaston Boissier. 

Et c’est ainsi que nous sommes éclairés et pouvons consacrer nos efforts à scruter d’autres mystères de notre langue. Elle n’en manque pas, comme chacun le sait. 

« La Semaine littéraire« . Genève, 1893.

Publicités

16 réflexions au sujet de « Question sur la bicyclette »

    L'Ornitho a dit:
    août 11, 2017 à 8:01

    Pour bicyclette je sais pas, mais en tout cas – « à vélo » 😉

    Aimé par 1 personne

    francefougere a dit:
    août 11, 2017 à 8:31

     » à bicyclette  » dit la chanson !

    Aimé par 3 people

    marie a dit:
    août 11, 2017 à 8:48

    Bonsoir j’ai beaucoup aimé ce billet, bonne soirée MTH

    Aimé par 1 personne

    Éric G. Delfosse a dit:
    août 11, 2017 à 8:51

    En voiture !
    On m’a volé mon vélo en 1983…

    Aimé par 2 people

      jmcideas a dit:
      août 12, 2017 à 12:21

      B’jour Eric
      ‘Ton vélo disparu…tu as fait un heureux. »

      J'aime

    ermite-athee a dit:
    août 12, 2017 à 12:38

    Qui veut pédaler longtemps ménage sa monture ? lol Encore un billet géant !

    Aimé par 2 people

    ermite-athee a dit:
    août 12, 2017 à 12:53
    Trigwen a dit:
    août 12, 2017 à 1:59

    Et pourtant il suffisait de raisonner par analogie. On s’assied SUR une chaise et DANS un fauteuil. Sur un vélo il y a une selle SUR laquelle ont est assis. Donc, on va sur son vélo..

    Aimé par 3 people

      Gavroche a répondu:
      août 12, 2017 à 9:45

      Va-t-on SUR son auto, si c’est une décapotable ?… 😮 😀

      Aimé par 1 personne

        Trigwen a dit:
        août 13, 2017 à 1:13

        Excellente question. Même décapotable tu es assis entre quatre partie de ton auto. Tu rentres dans ta voiture et tu t’assied DANS ta voiture SUR le siège !

        J'aime

    Esther Luette a dit:
    août 12, 2017 à 9:31

    Casse-tête linguistique insondable, dont nous finirons tous par ressortir bitrocossophobes 🙂

    Aimé par 3 people

      Gavroche a répondu:
      août 12, 2017 à 9:59

      Il me souvient que j’ai eu il y a quelques années une discussion très animée : le sujet était de situer dans le temps la simple phrase « à la semaine prochaine »… : « la semaine prochaine est-elle celle qui arrive, ou la suivante ?… ». :o. Perso, j’entends par ces mots « celle qui arrive »… et il me semblait bizarre que mon interlocuteur choisisse la deuxième option… et d’ailleurs, je ne comprends toujours pas ! Peut-être est-ce que l’on ne raisonne pas tous de la même façon, et que les deux « solutions » sont valables l’une comme comme l’autre. ?…
      Mais oups ! je crois que je m’éloigne du sujet… 😀

      Aimé par 1 personne

        Esther Luette a dit:
        août 12, 2017 à 10:33

        Dans tous les cas, il reste un plaisir ineffable : la jubilation de la joute verbale, et de semer le doute 🙂

        Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    août 12, 2017 à 10:06

    Pour ma part, le distinguo se doit de rester~~ C’est tout le charme de notre langue (avec toutes ses exceptions…je reste attaché à toutes les nuances- (Il n’y a bien que le SMS qui puisse autoriser toute fantaisie à souhait= V-tu avec moi en vélo?):
    Doit-on faire la liaison ‘des haricots’? Placer un ‘z’ dans la prononciation est horrible
    Les Zharicots n’existent pas!–Les Zartichauts, oui
    😀

    Aimé par 1 personne

    jmcideas a dit:
    août 12, 2017 à 10:32

    En voilà une autre faute commune (reportage tv): « J’ai été mangé à 11 H, avec mon ami.. » = Bonjour les cannibales
    Il faut dire:  » je suis allé manger avec… »
    😀

    Aimé par 1 personne

    raimanet a dit:
    août 12, 2017 à 5:04

    A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    a chacun sa bécane !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s