Désillusion

Publié le Mis à jour le

H-G-WELLS

Lors du dernier séjour que H.-G. Wells fit à Gênes il se rendit chez un antiquaire pour acheter une statuette antique qu’il avait vue dans la boutique. 

S’étant enquis du prix : 

Cinq mille lires. Mais, puisque c’est vous, je vous ferai un prix exceptionnel.  Je vous la laisse pour trois mille lires. 

On a beau dire : il est flatteur, même quand on est célèbre, d’être ainsi reconnu. Aussi Wells paya-t-il comptant, sans barguigner, heureux de l’occasion qui lui
était offerte. 

Où dois-je envoyer l’objet ? demanda alors le marchand.
— Au Grand-Hôtel.
— Fort bien. Et… à quel nom, je vous prie ? 

Depuis cette aventure, H.-G. Wells répète à tout venant que la gloire est un vain mot…

Publicités

2 réflexions au sujet de « Désillusion »

    fanfan la rêveuse a dit:
    août 15, 2017 à 9:34

    Aie, voila qui n’est pas fin !
    Bon 15 Août Gavroche !
    🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s