Une femme a menti… en argot

Publié le Mis à jour le

marchand-colette

M. Léopold Marchand fut, la saison dernière, engagé, par la Société Paramount, pour choisir et présenter les films ; il exécuta ainsi Une femme a menti, dont il écrivit lui-même le scénario. 

Ce film 100% parlant, connut le succès dans différents cinémas parisiens, jusqu’au jour où son auteur, rencontrant un sien ami, entendit avec stupéfaction cet ami lui reprocher de ne plus écrire en français mais… en argot. M. Léopojd Marchand tomba des nues. 

Oui ou non ? interrogea l’ami, êtes-vous l’auteur d’Une femme a menti

Et, sur  sa réponse affirmative, l’autre ajouta : 

Eh bien ! cette pièce est écrite en une langue plus en usage à la Villette qu’au faubourg Saint-Germain !… ou même aux Champs-Elysées. 

L’écrivain s’en fut au cinéma le plus proche et s’aperçut que, si la femme mentait toujours, l’ami, lui, n’avait pas menti… les expressions argotiques émaillaient le style jadis pur de son oeuvre. L’auteur avait écrit notamment cette phrase :

« Eh bien, là lune de miel est déjà finie ? » La réplique avait été remplacée par celle-ci : 

« Eh bien ! quoi… il y a déjà de l’eau dans le gaz ? » 

Plus loin, au lieu de : « Je suis fatigué de cette vie ! » On disait :  

« Moi, cette vie… j’en ai marre ! » 

M. Léopold Marchand estimant que cette traduction plus que libre de son oeuvre, lui cause un préjudice moral grave, réclame 500.000 francs de dommages-intérêts à la Société Paramount. Me. Adrien Peytel soutiendra devant la première chambre les intérêts de l’auteur d’Une femme a menti

« Cyrano. » Paris, 1931. 

Publicités

5 réflexions au sujet de « Une femme a menti… en argot »

    francefougere a dit:
    août 21, 2017 à 7:48

    Au premier rang, on dirait Colette ?

    Aimé par 1 personne

    ermite-athee a dit:
    août 22, 2017 à 12:58

    En 1931 , ces expression étaient considérées comme de l’argot ? Ce monsieur était en avance sur son temps : Aujourd’hui elles sont courantes , populaires mais ne me semblent pas  » argotiques  »
    F.

    Aimé par 2 people

    raimanet a dit:
    août 22, 2017 à 10:26

    A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    http://tiny.ph/rKMm -> les mots sont des armes

    Aimé par 1 personne

    Trigwen a dit:
    août 22, 2017 à 6:02

    Celui qui a changé les dialogues a eu l’ingénieuse idée de mettre les dialogues à portée du grand public. Réécrire certains dialogues rendait le cinéma plus accessible à une majorité sans doute.
    Qu’aurait dit monsieur Marchand si ses dialogues avaient été revus par Michel Audiard ? D’ailleurs, les auraient-ils compris ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s