Un valet de chambre de l’empereur

Publié le Mis à jour le

constant-napoleon

Le Constitutionnel a publié une assez longue biographie de Louis Constant Wairy, dont les Mémoires ont eu tant de succès. Il a révélé à cette occasion une circonstance peu connue.

Napoléon était peu généreux envers ses domestiques. Cependant, le 10 avril 1814, la veille même de l’abdication de Fontainebleau, il pensa au serviteur qui ne l’avait jamais abandonné et lui donna 100,000 fr. Ce fut là l’origine de bien des malheurs pour le pauvre Constant. Le jour fixé pour le départ, le grand maréchal du palais désira savoir quelle somme Constant avait dans la caisse qui lui était confiée. Constant répondit : 300,000 environ. Le général Bertrand rendit compte à l’empereur.

Mais l’empereur fut très surpris, il croyait avoir 100,000 fr. de plus. Alors Constant dit au général comment, sur les fonds à sa disposition, il avait dû prélever 100,000 fr. à lui donnés par Sa Majesté même. Le général retourne vers l’empereur et ne tarde pas à reparaître, mais, cette fois, avec une effroyable nouvelle : l’empereur ne se rappelait ,pas avoir donné 100,000 f à Constant. Quel coup  un semblable oubli ne devait-il pas porter à un honnête homme !

Le cœur brisé, le désespoir dans l’âme, Constant rendit les 100.000 fr, mais il refusa de suivre son maître à l’île d’Elbe, et rien ne put le faire changer de résolution, ni l’offre d’une somme considérable, ni le désir du héros malheureux, dont les désastres rendaient les moindres volontés sacrées.

Constant ne pardonna pas à son maître, le jour d’une abdication, des préoccupations plus graves que celle d’un don de 100,000 fr. Il bouda et laissa partir sans lui pour la terre d’exil celui qu’il ne pouvait s’empêcher d’aimer encore. Louis Joseph Marchand, simple garçon d’appartement, d’une loyauté parfaite, remplaça Constant, et son nom éclipse aujourd’hui celui de Constant.

« Le Voyageur. » Paris, 1845.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Un valet de chambre de l’empereur »

    Anne de Louvain-la-Neuve a dit:
    août 28, 2017 à 10:28

    Je dois dire que comme Constant, j’aurais eu la dent dure envers Napo !

    Aimé par 1 personne

      Gavroche a répondu:
      août 28, 2017 à 4:17

      Napoléon devenait-il gâteux ?… 😮 😀

      J'aime

    juliette a dit:
    août 28, 2017 à 2:30

    Napoléon avait la mémoire courte …
    pftt , je fais des chambres dans un hôtel et en 2 mois de boulot , j’ai eu 2 euros de pourboire 😀
    Bonne journée Gavroche

    Aimé par 2 people

      Gavroche a répondu:
      août 28, 2017 à 4:18

      Plains-toi : moi, je ne donne jamais de pourboire ! 😛
      Bon après-midi Juliette !

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s