La couleuvre

Publié le

 

jules-cloquet

Un maçon disait avoir une couleuvre dans le ventre. M. Jules Cloquet, chirurgien actuel de l’hôpital Saint-Louis, l’interroge, reconnaît sa manie, et sent bien que pour la guérir il faut avant tout la flatter.

Oui, dit-il, je la sens, la voici, elle remonte dans l’œsophage.

Et le malade de s’écrier avec enthousiasme :

J’en étais sur ! Il y a longtemps je l’avalai en buvant de l’eau d’une mare. Elle était petite alors, mais depuis elle s’est développée, elle a grossi, elle a grandi, et si l’on n’y met bon  ordre, elle finira par me dévorer. Oui, par me dévorer tout entier. J’en étais sûr, je le disais partout, et partout l’on me riait au nez.

Or çà, dit le médecin, il faut opérer.

Pieds, poings liés et les yeux couverts d’un bandeau, le malade, plein d’aise, est couché sur le lit de douleurs. Une incision longue, mais superficielle, est faite à la région de  l’estomac. Des linges, des compresses, des bandages rougis par le sang sont appliqués. La tête d’une couleuvre, dont on s’était précautionné, est passée avec adresse entre les bandes et la plaie.

Nous la tenons enfin ! s’écrie l’adroit chirurgien, la voici.

En même temps le patient arrache son bandeau. Il veut voir le reptile qu’il a nourri dans son sein. Il le regarde avec le même charme, le même attendrissement dont une mère envisage le premier fruit de ses entrailles. Mais quelques heures après, une sombre
mélancolie s’empare de lui, il gémit, il soupire. Le médecin est appelé.

Monsieur, lui dit-il avec anxiété, si elle avait fait des petits !
— Impossible : c’est un mâle

« Journal des faits anciennes, modernes et contemporains. » Paris, 1833.

Publicités

12 réflexions au sujet de « La couleuvre »

    anne35blog a dit:
    septembre 3, 2017 à 11:59

    quelle terrible histoire…

    Aimé par 1 personne

    agneslise a dit:
    septembre 3, 2017 à 2:02

    MDR !

    Aimé par 1 personne

    marie a dit:
    septembre 3, 2017 à 6:11

    Hi…HI… histoire drôle, cela fait du bien de rire! MTH

    Aimé par 1 personne

    francefougere a dit:
    septembre 3, 2017 à 6:48

    Pourquoi  » imaginaire  » ? tout a été inventé, l’incision, la bête ! – et c’est vrai il n’a pas été endormi ! Quelle curieuse histoire … mais il y a bien des vers solitaires…

    Aimé par 1 personne

      Gavroche a répondu:
      septembre 3, 2017 à 6:51

      Des « vers » solitaire, et non pas des « verres » solitaires… Donc, encore des mâles 🙂

      Aimé par 1 personne

    Soizic a dit:
    septembre 3, 2017 à 7:56

    Hi hi! Très drôle
    Belle soirée à toi

    Aimé par 1 personne

    fanfan la rêveuse a dit:
    septembre 4, 2017 à 7:07

    Les prémices de la psychologie 😉

    Aimé par 1 personne

    ermite-athee a dit:
    septembre 5, 2017 à 3:23

    Une ancienne signification du mot « couleuvre » désigne un sous-entendu perfide ou odieux, auquel on ne peut répondre ou se justifier, sous peine de s’enfoncer davantage, et que l’on doit encaisser sans broncher. Ou pour ainsi dire « gober » n’importe quoi pour ne pas se fâcher.=>  » avaler des couleuvre « 

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s