Le roublard

Publié le Mis à jour le

louis-comte.

Louis-Christian-Emmanuel-Apollinaire Comte est un grand magicien, qui vaut à lui seul les Thiemet et les Fitz-James. Il multiplie les miracles à son gré,et tous les secrets de la physique amusante lui sont familiers.

Il déconcerte non seulement l’ignorant, mais ceux même qui se glorifient d’être savants. Si l’on ajoute foi à ses récits, il a couru les plus grands dangers. L’Espagne a voulu le faire cuire sur le bûcher. Les paysans de l’Allemagne ont été sur le point de l’assommer, et ses épaules ont quelquefois expié les qualités supérieures de sa tête. 

L’instruction qui brille avec tant d’éclat dans les villes, n’a point pénétré dans le fond des campagnes , et nos villageois ont encore une ferme croyance dans le pouvoir de Satan et des sorciers ses ministres. On raconte beaucoup d’aventures qui ont failli mettre en péril les jours précieux de M. Comte. 

A Fribourg, il essaya de mystifier des paysans, et se moqua d’eux si complètement, que les bons villageois, pour se venger de cette irrévérence, firent pleuvoir sur ses omoplates une grêle de coups de fourche et de pierres, qui mirent en danger imminent la colonne vertébrale du grand physicien. 

Mais son plus honorable exploit est le service qu’il rendit à une église, que les dévastateurs révolutionnaires se disposaient à piller. Cette église était ornée de plusieurs statues précieuses. M. Comte était caché, prêt à faire usage de son don de ventriloquie. Au moment où le marteau sacrilège s’apprête à frapper la tête des saints et à leur faire subir un nouveau martyre, les statues parlent, reprochent aux assassins leur impiété. Frappée de terreur, la bande de Vandales fuit, se disperse aussitôt, et laisse sur leurs bases les chefs-d’œuvre des arts. 

Qui sait si jadis, d’autres magiciens rivaux des talents de M. Comte, ne se sont pas servis des mêmes moyens pour s’égayer aux dépens de la crédulité publique, et opérer tant de grands miracles que les légendes se sont chargées de recueillir ?

Alphonse-Aimé Beaufort d’Auberval. « Voyages et séances anecdotiques de M. Comte. » 1816. 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le roublard »

    anne35blog a dit:
    septembre 10, 2017 à 6:01

    un don bien utile

    Aimé par 1 personne

    francefougere a dit:
    septembre 10, 2017 à 7:38

    C’est bien joliment rédigé 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s