Le père chafouin

Publié le

pere-la-chaize

Un jour que le père de la Chaize (jésuite et confesseur de Louis XIV) était à se reposer dans son cabinet d’une audience assez longue qu’il venait de donner, on vint lui dire que l’évêque d’Angers, qui revenait de la province demandait à le voir.

« Que me veut ce janséniste, répondit-il fort en colère ? j’ai bien affaire moi de ses visites que ne restait-il chez lui ? je ne l’irais pas chercher. Il faut avouer qu’on est bien malheureux d’être sans cesse obsédé par de tels personnages. »

Tout en disant cela, il sortit de son cabinet pour l’aller recevoir, et courant à lui dès qu’il l’aperçut, les bras ouverts, et avec un visage où la joie et la satisfaction étaient peintes :

« Ah ! Monseigneur, lui dit-il, que je vous ai d’obligation de me prévenir avec tant de bonté et que votre visite me rend l’âme contente. Comme je n’avais point eu l’honneur de vous voir depuis longtemps, j’étais dans une inquiétude mortelle de savoir comment je suis dans votre cœur. Instruisez m’en, je vous supplie. Monseigneur, y suis-je un peu bien ?Me faites-vous encore la grâce de me compter au nombre de vos amis ? » 

Ce trait peint-ils les Jésuites ?

« Le Figaro littéraire. » Paris, 1826.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s