La vie est courte

Publié le Mis à jour le

Gianni-Strino

Le docteur Alexandre Guéniot a écrit un ouvrage intitulé : « L’art de devenir centenaire. » Il vient de mourir à 102 ans. Du coup, son manuel, qu’on n’avait pas pris au sérieux, s’enlève chez les libraires comme petits pâtés. Tout le monde veut connaître les recettes de ce toubib qui a passé de la théorie à la pratique, et a démontré le mouvement en marchant.

On s’imagine découvrir un trésor de recettes alchimiques, de secrets fabuleux. Et l’on tombe sur des axiomes de bon sens, sur des rabâcheries de mère nourrice : Pas d’excès ! Ne mangez pas plus que votre faim. Ne buvez pas plus que votre soif. N’abusez ni du travail ni du tabac, ni de l’amour. Massez-vous tous les soirs et tous les matins. Procédez vous-même à cette petite opération. Pincez-vous les muscles des fesses et des cuisses. Evitez les soucis. Ne soyez pas ambitieux.  

Ce sont, on le voit, des janoteries. Mais le docteur Guéniot est mort à 102 ans. Du coup, ces sentences de M.de La Palice deviennent des oracles.

alexandre-guéniot.

Est-il si enviable de franchir la centaine ? La nature semble avoir défleuri à dessein le chemin qui mène au cimetière. A chaque étape, elle vous ravit une de vos grâces, une de vos facultés. On perd la mémoire. On perd la vue, l’ouïe, les cheveux, les dents. On radote. On redevient enfant, mais sans les grâces et sans l’espérance. Privé de tous les attributs de la virilité, on n’a plus qu’à s’en aller. A quoi bon prolonger une vie oiseuse pour vous, et encore plus pour ceux qui vous environnent ? Heureusement que vous êtes sourd et que vous n’entendez pas ce qu’on dit : « Il bat la campagne. Et dire qu’il a été si intelligent ! »

Toutes les recettes de longévité du docteur Guéniot tiennent dans ce précepte : « Abstiens-toi. Retiens-toi. Contiens-toi. » Vraiment le docteur centenaire n’en a pas les gants. Dès qu’il y eut des philosophes sur la terre, ils nous prêchèrent la modération des désirs, la sagesse, la raison. Mais une vie sans folie vaut-elle la peine qu’on la vive ? Quand on s’aperçoit de ce qu’est au juste l’existence, on meurt de dégoût.

L’originalité du docteur Guéniot, cefut de pratiquer sa doctrine. Tant de prédicateurs démentent à table et dans l’alcôve ce qu’ils préconisent en chaire !

Limoges, 1938.
Peinture de Gianni Strino.

Publicités

5 réflexions au sujet de « La vie est courte »

    La petite revue de Claire a dit:
    septembre 19, 2017 à 1:54

    Eh oui, il faut profiter de chaque instant

    Aimé par 1 personne

    anne35blog a dit:
    septembre 19, 2017 à 4:26

    aucune envie de devenir centenaire! je suis bien assez gâteuse déjà….

    Aimé par 1 personne

    ellea40ans a dit:
    septembre 19, 2017 à 7:58

    Il ne devait pas rigoler tous les jours !

    Aimé par 2 people

    Gyslaine LE GAL a dit:
    septembre 19, 2017 à 8:09

    Se restreindre sur tout n’est pas une vie épanouie 🙂

    Aimé par 2 people

    jmcideas a dit:
    septembre 20, 2017 à 11:32

    Il n’empêche que certains envisagent profiter de la longévité de leurs aieux…Des fois qu’ils puissent hériter de cette genèse..?

    Il est aussi ceux qui adaptent leur existence à forces de modalités de vie
    = Ceux qui tiennent, à minima, à franchir le cap des 100 ans…

    Reconnaissons à d’autres: Avoir ‘brûler-la-chandelle-par-les-deux-bouts’ et d’en finir satisfait !
    Faite votre choix
    😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s