Le culte du huit-reflets

Publié le Mis à jour le

aborigène

Le cannibalisme n’existe presque plus qu’à l’état de légende parmi les aborigènes d’Australie.

Mais du temps où ils massacraient les envahisseurs pour les mettre à la broche, ils ont conservé un souvenir curieux. Ils ont le grand respect, le culte, pour ainsi dire, du couvre-chef européen, et principalement du chapeau haut de forme.

Celui-ci est l’apanage des chefs aborigènes, et c’est un spectacle étrange de les voir, le corps presque entièrement nu, partir pour quelque expédition de chasse, la tête recouverte d’un ancien huit-reflets quelque peu fatigué.

Paris, 1910.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Le culte du huit-reflets »

    le blabla de l'espace a dit:
    octobre 2, 2017 à 12:00

    n existe presque plus !!! yen a encore ???

    J'aime

    Esther Luette a dit:
    octobre 4, 2017 à 8:35

    Ironie fine des retournements de fonction iconoclastes. Jubilation intense 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s