Harmonie imitative

Publié le Mis à jour le

erik-satie

Erik Satie, le compositeur, était un aimable humoriste. Certain jour, il avait été prié à dîner chez une maîtresse de maison dont il n’avait pu décliner l’importune invitation.

Il était naturellement le « clou » de la soirée et on lui demanda de bien vouloir faire entendre sa dernière oeuvre. Satie s’exécute de la meilleure grâce du monde. 

Je vais vous jouer Le pêcheur à la ligne, dit-il. C’est un essai, assez réussi, je crois, d’harmonie imitative. 

Et il frappe doucement une note. 

Le pêcheur vient de mouiller son fil, explique-t-il. 

Long silence… Deuxième note. 

Le bouchon a bougé… 

Silence encore, silence interminable, puis trémolo : 

Un goujon a failli mordre à l’hameçon… 

A la fin, le compositeur balaye rapidement. d’un doigt tout le clavier. 

Le pêcheur vient de retirer sa ligne : le goujon est pris ! 

… Et les snobs de l’assistance de faire crépiter les applaudissements… 

Erik Satie ne gardait, pas tout son humour pour la musique. Il savait aussi l’exprimer  dans sa conversation. Un jour, quelqu’un lui disait : 

Un musicien comme vous peut-il se contenter, de faire entendre des petits morceaux courts, aux noms bizarres ? 
— Mais oui… Hercule était toujours Hercule, même quand il ne portait qu’un tout petit bouquet de violettes…

Publicités

Une réflexion au sujet de « Harmonie imitative »

    agneslise a dit:
    octobre 7, 2017 à 8:29

    Pas mal !

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s