Un voleur bien élevé

Publié le

giovanni-boldiniHier à trois heures, le sieur X… a été victime d’un vol commis avec une désinvolture qui ne sent pas son apprenti. Jugez :

Comme il se rendait à la Halle aux Vins par l’omnibus de la place Pigalle, il eut l’imprudence de prendre une prise dans une tabatière d’or d’un grand prix et l’imprudence plus grande encore de glisser celle-ci dans la poche du derrière de son paletot.

Un de ses voisins d’impériale avait tout vu.

Un moment après, l’ouragan éclatait et tous les voyageurs quittaient la voiture, sauf toutefois M. X… qui poursuivait sa route, abrité par son parapluie.

A la station, voulant prendre une nouvelle prise, l’infortuné s’aperçut que non-seulement sa tabatière lui avait été soustraite, mais que son voleur avait eu le cynisme de la remplacer par une affreuse queue de rat.

« Le Petit Parisien. » Paris, 1876.
Peinture de Giovanni Boldini.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Un voleur bien élevé »

    anne35blog a dit:
    octobre 16, 2017 à 9:02

    vraiment pas sympa!

    Aimé par 1 personne

    camelliaburows.com a dit:
    octobre 17, 2017 à 8:25

    J’aime beaucoup ces anecdotes ! Merci !

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s