Le jockey à la crécelle

Publié le Mis à jour le

jockeysUn jockey anglais reçut une verte semonce il y a quelque temps, à Folkestone, pour avoir stimulé son cheval, en fin de course, non point avec la cravache (comme le veut la tradition) mais en utilisant une crécelle. 

Eh ! oui ! une crécelle !… qu’il faisait tourner à l’oreille de la pauvre bête dans les dernières foulées et qui donna littéralement des ailes à la monture… Le jockey a ainsi arraché la victoire sur le poteau. Mais il a été invité à ne pas recommencer… Il a allégué comme excuse qu’il trouvait inhumain de fustiger son cheval et que du moment qu’il pouvait lui faire… mettre de l’avance à l’allumage sans employer les coups, il n’avait pas à hésiter. 

Regrettons que son argumentation n’ait point prévalu. Si l’on laissait aux jockeys le choix du moyen le plus propre à emballer leurs coursiers, on verrait peut-être des arrivées au tambour de basque, aux castagnettes, à l’ophycléide ou au sifflet à roulettes… 

Et ce serait rudement croquignolet.

« La Vie parisienne. » Paris, 1938.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le jockey à la crécelle »

    jmcideas a dit:
    novembre 13, 2017 à 9:46

    And ..’.round the clock ‘. avec des écouteurs sur les oreilles ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s