On ne prête qu’aux riches

Publié le

rudyard-kiplingLe grand écrivain anglais Rudyard Kipling, l’auteur illustre du Livre de la Jungle, avait été, vers la fin de sa vie, victime d’une mystification. 

Un inconnu avait envoyé au Times, en le signant du nom du poète, un poème intitulé La vieille garde… Le Times l’inséra. 

Kipling ne se fâcha pas. Il dit simplement au directeur du Times

 Ce poème est détestable.
— C’est bien mon avis, dit le directeur. Mais comme il était signé de vous, nous avons cru devoir le publier tout de même !

« Lectures pour tous. » Paris, 1936. 
Illustration : « L’enregistreur de la jungle. »  Adrien Barrère.

Publicités

2 réflexions au sujet de « On ne prête qu’aux riches »

    anne35blog a dit:
    novembre 22, 2017 à 11:16

    c’est rageant!

    Aimé par 1 personne

    fanfan la rêveuse a dit:
    novembre 22, 2017 à 6:55

    Cela donne à réfléchir…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s